Cotation du 18/08/2017 à 18h05 CAC 40 -0,64% 5 114,15
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : Pékin stoppe l'hémorragie, pour le moment

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La fin de séance positive à Wall Street hier soir, permet au marché parisien de redresser la tête ce matin : le CAC40 débute la séance sur un gain de 1,25% à 2.890 points. Ce sont les discussions entre Pékin et Rome sur des investissements dans des obligations publiques et des entreprises transalpines qui ont inversé la tendance hier soir à Wall Street, et permis à la place américaine de clôturer en hausse, malgré le plongeon des bourses européennes. Ce matin, l'Asie a également adopté une tendance prudemment optimiste, avec des hausses à Tokyo et Sydney notamment. Evoquée par le 'Financial Times' en soirée, la perspective de voir des fonds chinois racheter de la dette italienne a été confirmée à demi-mots par plusieurs sources. La nouvelle tombe à pic alors que Rome doit placer aujourd'hui 7 Milliards d'Euros d'obligations pour refinancer un engagement arrivant à terme en fin de semaine. Elle devrait détendre les taux italiens, qui avaient largement enflé dernièrement avec la perspective d'une faillite grecque. Reste à connaître les décisions des décideurs, politiques et banquiers européens concernant une faillite grecque et une sortie de l'Euro, acquise pour certains, qui, plomberait les comptes des banques, sans les couler, mais dont les répercussions sur les autres pays sont complètement imprévisibles...

WALL STREET

Wall Street a surpris en hausse en fin de journée, après avoir initialement suivi la tendance extrêmement négative des places boursières européennes sur des craintes de faillite de la Grèce et d'aggravation de la crise des dettes souveraines. Le secteur financier était chahuté. Les opérateurs craignent des conséquences fortes sur les marchés d'une éventuelle défaillance dans la Zone Euro. Dans la soirée, un article du Financial Times selon lequel l'Italie discuterait avec les fonds souverains chinois de la vente d'obligations relançait la hausse des marchés. Le DJIA prenait 0,63% à 11.061 pts, tandis que le Nasdaq gagnait 1,1% à 2.495 pts.

ECO ET DEVISES

En France, l'indice des prix à la consommation d'août a été dévoilé ce matin à 7h30 à +0,5% (Consensus +0,3% m/m). Il sera suivi au Royaume-Uni de la balance commerciale de juillet (10h30 : Consensus -4,2 Mds£) et de l'indice des prix à la consommation d'août (10h30 : Consensus +0,6% m/m ; +4,5% y/y).

Aux Etats-Unis, les prix à l'import et à l'export d'août sont programmés à 14h30 (consensus -0,8% pour l'import), avant à 20h00 les chiffres du budget d'août (consensus -132 Mds$).

Sur le marché des changes, l'Euro se négocie 1,3685 Dollar. Le baril de brut a légèrement rebondi à 112,80$ pour le Brent de Mer du Nord et 88,85$ pour le brut léger américain WTI, pour l'échéance d'octobre. L'once d'or se traite à 1.831$.

VALEURS EN HAUSSE

* Peugeot (+1,15% à 16,71 Euros) : PSA réduit encore la voilure face à la crise. Le patron du constructeur automobile, Philippe Varin, vient d'annoncer sa volonté "d'accélérer les réductions de coûts", y compris en matière d'emploi... Dans des entretiens publiés ce matin par le 'Financial Times' et le 'Figaro', le président du directoire de PSA indique que le groupe va "probablement identifier des sureffectifs", même si " à ce stade, nous ne prévoyons pas de plan de départs volontaires". Le recours à la sous-traitance et à l'intérim offrent de la flexibilité au groupe, souligne le dirigeant, qui ajoute que le recours à la mobilité interne sera aussi renforcé. "Vous ne réduisez pas vos coûts si vous conservez vos effectifs inchangés", a expliqué M. Varin au 'Financial Times' sans préciser l'ampleur de l'effort nécessaire en matière d'emploi. Concernant la situation économique actuelle, Philippe Varin évoque " une forte incertitude concernant les conséquences économiques de cette crise qui secoue la zone Euro " et n'exclut pas, " dans les mois qui viennent (...) l'hypothèse d'un scénario à croissance très faible ", voire une récession si la zone Euro volait en éclats. Dans ces conditions, " bien que nous n'ayons rien vu de très tangible dans l'économie réelle jusqu'à présent, notre responsabilité est de nous mettre en position de nous prémunir d'un éventuel retournement des marchés. À court terme, il s'agit d'ajuster de façon extrêmement stricte la production à la demande, de façon à maintenir un niveau de stock normal, d'une soixantaine de jours de production ", ajoute le dirigeant. Philippe Varin précise que PSA a commencé à réduire son activité dans certaines usines et que le groupe va " parallèlement adapter (son) volant d'intérimaires et de sous-traitance d'ici à la fin de l'année ". Interrogé sur l'avenir de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, près de Paris, il a confirmé que ce site produirait encore des Citroën C3 en 2014, mais que " la question qui se pose est celle de l'après-C3 ", car sur le segment des petites voitures, le coût horaire d'une production en Europe de l'Est est " trois fois moins élevé qu'en France".

* BNP Paribas (+3,25% à 26,97 Euros) : plus forte baisse parmi les valeurs bancaires hier, du fait de ses engagements en Grèce, plus élevés que les autres établissements français, BNP Paribas affiche logiquement le plus fort rebond ce matin en Bourse de Paris.

* EDF (+0,65% à 18,96 Euros) : le groupe a indiqué hier soir que l'accident d'exploitation sur un four de fusion de déchets métalliques sur le site Centraco de Codolet (Gard) a été maîtrisé à 13h06 par les équipes d'intervention de l'usine. "Il n'y a eu aucun rejet chimique ou radioactif. Il n'y a aucun risque de rejet à venir. Le local dans lequel se trouve le four est intègre. Les deux fours de l'installation ont été arrêtés". EDF déplore le décès d'un salarié de fonderie, qui se trouvait à proximité du four. Quatre autres personnes ont été blessées, dont une se trouve dans un état grave qui a été évacuée vers Montpellier. Le four, mis en service en 1999, fond des déchets métalliques faiblement radioactifs et des métaux non ferreux par induction. Les déchets ultimes, sous forme de lingots, occupent un volume dix fois inférieur aux ferrailles initiales. L'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), la préfecture, la Commission Locale d'Information (CLI) et l'inspection du travail ont été prévenues. Une enquête est diligentée afin de déterminer les causes exactes de l'accident d'exploitation survenu dans le four.

* Accor (+1,70% à 21,88 Euros) : avant l'ouverture ce matin de sa journée investisseurs, le groupe donne la teneur de la réunion dans un document titré "une nouvelle ère sous le signe de la conquête". La marque Accor est flanquée d'une nouvelle signature "Open New Frontiers in Hospitality", ce qui peut se traduire par "Ouvrir de Nouvelles Frontières dans l'Hébergement". ibis "devient le socle de la nouvelle architecture des marqués économiques, avec la disparition de "all seasons" (qui devient ibis Styles) et d'Etap Hotel (qui devient ibis Budget). La marque Motel 6 accélère pour sa part sa mue vers un modèle "asset light". Le groupe hôtelier annonce en parallèle le relèvement de ses objectifs de développement, avec 35.000 ouvertures de chambre prévues cette année, et 40.000 par an en rythme de croisière dès l'année prochaine. Cette progression s'appuiera "à la fois sur de la croissance organique et sur des acquisitions ciblées sur la zone Europe, l'Asie Pacifique et l'Amérique Latine", tout en respectant le cadre de l'objectif d'un parc à 80% asset-light à horizon 2015. Le plan de cession se poursuit et Accor lancera une nouvelle phase sur la période 2013/2015, dont l'impact sur la dette retraitée devrait atteindre 1 Milliard d'Euros. La direction entend également harmoniser les ingrédients qui ont fait son succès économique, grâce à des outils de pilotage renforcés. Elle vise désormais un free cash flow "structurellement positif" et une marge d'EBIT améliorée de 2 à 4 points à moyen terme. En ce qui concerne plus spécifiquement 2011, Accor signale une "absence de signe de ralentissement de la demande à ce jour" et mise sur un taux de transformation du chiffre d'affaires en Résultat brut d'exploitation de l'ordre de 50%, si bien que le résultat d'exploitation annuel est confirmé dans la zone 510 à 530 ME.

* Cegedim (+9,15% à 24,47 Euros) : prend la tête des hausses ce matin sur le SRD, mais avec seulement quelques titres échangés...

VALEURS EN BAISSE

* VM Matériaux (-0,30% à 30,90 Euros) : au 30 juin 2011, la société, dont les ventes ont progressé de 14,7% à 366,4 ME, fait état d'une marge opérationnelle courante de 3% du chiffre d'affaires (soit un résultat opérationnel courant de 11 ME), en progression de 43,4% par rapport à la même période de l'année 2010, malgré la hausse des volumes et des prix du carburant. Le résultat net part du Groupe progresse de 27,8% et s'élève à 6,8 ME contre 5,4 ME à fin juin 2010. Compte tenu de ses performances semestrielles, VM Matériaux confirme la poursuite d'une évolution favorable de ses activités malgré les incertitudes macro-économiques actuelles. Le bureau d'études Portzamparc visait 9,7 ME de résultat opérationnel courant sur le semestre, soit une marge de 2,6%, et un bénéfice net stable à 5,5 ME.

* Lanson BCC (+3,25% à 51 Euros) : le groupe de maisons de champagne confirme une forte progression de ses résultats semestriels. Le résultat opérationnel s'élève à 13,39 ME contre 9,3 ME au 30 juin 2010, soit une hausse de 42,9%. La rentabilité opérationnelle progresse de 3,3 points et atteint 12,3% des ventes contre 9% pour le 1er semestre 2010. Cette évolution tient à l'amélioration du prix-mix (+5,6%) conjuguée à la bonne maîtrise des charges (-1,9%). Il est précisé que le résultat opérationnel n'intègre aucun élément non récurrent significatif. Le résultat net s'élève à 4,47 ME contre 1,75 ME au 30 juin 2010, soit une hausse de 155%, "pourcentage toutefois peu significatif compte tenu du fait que le 1er semestre n'enregistre habituellement qu'environ un tiers des ventes mais la moitié des charges fixes", précise le groupe. Lanson BCC précise que cette nette amélioration de la rentabilité sur le 1er semestre est satisfaisante, alors que la saisonnalité habituelle des ventes de vins de Champagne ne lui est pas favorable. Néanmoins, il est rappelé que sa comparaison avec le 1er semestre 2010 ne doit pas être extrapolée à l'ensemble de l'exercice 2011 puisque le dernier trimestre, à lui seul, représente près de 50% des ventes annuelles. La tenue de la consommation en fin d'année 2011 sera donc déterminant et le groupe note que la complexité de la situation mondiale et ses faibles perspectives économiques, en France comme à l'export, doivent aujourd'hui inciter à une grande prudence.

©2011-2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Ouverture Paris : Pékin stoppe l'hémorragie, pour le moment

Partenaires de Boursier.com