Cotation du 20/10/2017 à 18h05 CAC 40 +0,08% 5 372,38
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 perd 0,03%...

Clôture Paris : le CAC40 perd 0,03%...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 a une nouvelle fois fini sa course proche de l'équilibre ce jeudi, en baisse de 0,03% à 5.360 pts... En trois séances consécutives de recul, l'indice parisien a perdu moins de 0,10%... Les investisseurs ne semblent pas trouver matière à repartir à l'achat, sans pour autant décider de prendre leurs bénéfices, alors que les marchés actions restent soutenus par les taux bas et la perspective d'une grande réforme fiscale aux Etats-Unis. Les publications semestrielles à venir pourraient provoquer des décisions plus tranchées. En effet, dès la semaine prochaine, 60 sociétés américaines du S&P500 sont programmées ainsi que quelques poids lourds de la cote française comme Carrefour, Michelin, Danone ou Thales.

La Bourse de New York, elle, continue d'enchaîner les records. Mercredi, la publication des Minutes de la Fed a confirmé que de nombreux banquiers centraux américains s'inquiétaient de la faiblesse actuelle de l'inflation, ce qui ne plaide pas en faveur d'un resserrement monétaire rapide...

ECO/DEVISES

En France, les prix à la consommation sont repartis à la baisse en septembre. Selon les données définitives de l'Insee, l'IPC affiche un repli de 0,2% le mois dernier après un redressement de 0,5% en août. Cette baisse est surtout liée au repli saisonnier des prix des services et, dans une moindre mesure, au léger recul des prix de l'alimentation. Les prix de l'énergie ralentissent un peu. En revanche, les prix des produits manufacturés accélèrent, précise l'Insee. Sur un an, les prix à la consommation accélèrent en revanche pour le deuxième mois consécutif : +1% après +0,9% en août et +0,7% en juillet. L'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) aux normes européennes se replie également en septembre, à -0,2%, après un rebond à +0,6% le mois précédent. En glissement annuel, il accélère légèrement à +1,1% après +1,0% en août.

A l'issue de sa réunion des 19 et 20 septembre dernier, la Réserve fédérale américaine avait maintenu le statu quo sur sa politique monétaire, tout en laissant la voie ouverte à une nouvelle hausse des taux directeurs avant la fin de l'année. Toutefois, les Minutes de cette réunion, publiées mercredi soir, montrent que les membres du comité de politique monétaire (FOMC) sont partagés sur le caractère passager ou non de la faiblesse de l'inflation. Or, une progression très lente des prix, si elle s'avérait durable, ne plaiderait pas en faveur de la poursuite du relèvement des taux de la Fed.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux USA, l'indice des prix à la production du mois de septembre 2017 est ressorti comme attendu en progression de 0,4% en comparaison du mois antérieur. Hors alimentaire et énergie, le 'PPI' a également grimpé de 0,4%, alors que le consensus était de +0,2%. En glissement annuel cette fois, le PPI de septembre a progressé de 2,6% (+2,2% hors alimentaire et énergie).

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont reculé de 15.000 la semaine passée à 243.000. Le consensus tablait sur 251.000.

La production industrielle, corrigée des variations saisonnières, a augmenté de 1,4% dans la zone euro en août après avoir progressé de 0,3% le mois précédent. En glissement annuel, la production industrielle affiche une hausse de 3,8%. Le consensus tablait respectivement sur une progression de 0,5% et 2,6%.

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont reculé de 2,8 millions de barils lors de la semaine close au 6 octobre, à 462,2 millions de barils. Le consensus tablait sur une baisse de 2 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux progressé de 2,5 millions de barils, contre -0,5 million anticipé, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont diminué de 1,5 million, contre un repli de 2,1 millions attendu.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1841$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 50,4$ et le Brent s'affiche à 56$.

VALEURS EN HAUSSE

* Recylex (+12,9%) reste très bien orienté pour une troisième séance d'affilée.

* ArcelorMittal grimpe de 2,7%, pour sa deuxième séance de progression.

* Altran gagne 2,5%. Berenberg a relevé de 19 à 20 euros son objectif de cours en conservant une recommandation à l'achat, après avoir rencontré le management lors d'un événement organisé à Milan la semaine dernière.

* DBV Technologies progresse de 1,8%. La première phase de l'étude de phase III "REALISE" menée avec Viaskin Peanut sur des enfants de 4 à 11 ans allergiques à l'arachide est terminée, a fait savoir DBV Technologies. Les premiers résultats de la partie en double aveugle contre placebo sont attendus dès le mois prochain. Les premiers échos paraissent bons : 97,5% des 393 patients qui ont participé à la période initiale de traitement de six mois en double aveugle contrôlée par placebo ont choisi de poursuivre le test. Ils seront tous désormais traités avec Viaskin Peanut 250 µg, la dose utilisée pour la totalité de l'essai.

* Quatrième séance consécutive de rebond pour L'Oréal qui grimpe encore de 1,2% ce jeudi.

* Vivendi gagne 0,8%. La Deutsche Bank rehausse son objectif de 26 à 27 euros alors que le second semestre devrait conduire un ajustement à la hausse du consensus. Surprise aussi, Vivendi est revenu sur sa décision de ne pas retirer Havas de la cote après son OPA. La cotation d'Havas ne présentera plus un niveau de flottant suffisant pour assurer la liquidité du titre, explique le groupe à l'appui de sa décision. Une OPR/RO sera donc lancée à 9,25 euros l'action en novembre. Le titre Havas dépasse même ce prix, à 9,36 euros (+3,5%).

* Safran (+0,4%). Le PDG de Dassault Aviation a confirmé qu'il n'est pas question, à ce stade, de se séparer de Safran pour le moteur du Falcon 5X, en dépit des déboires du programme, qui a accumulé un retard considérable.

VALEURS EN BAISSE

* Essilor cède 1,9%. Le groupe a confirmé ce matin une nouvelle étape dans la progression du rapprochement avec Luxottica.

* Les bancaires sont globalement en baisse, avec notamment BNP Paribas qui perd 1,1% avec Crédit Agricole qui cède 0,7%.

* Axa (-0,9%) aurait commencé à consulter des banques conseil en vue de l'introduction en bourse d'une partie de ses activités américaines, une opération dont la rumeur est revenue à plusieurs reprises ces derniers mois. Selon Bloomberg, l'assureur français pourrait placer environ 20% de sa division américaine sur le marché au second trimestre 2018.

* Renault cède aussi 0,6% pour sa quatrième séance consécutive dans le rouge.

* AccorHotels (-0,3%) a confirmé cette nuit la signature d'un accord en vue du rachat du groupe australien Mantra (127 établissements) pour l'équivalent de 900 ME. L'opération doit encore être validée par les actionnaires de Mantra, mais le conseil d'administration a apporté son soutien unanime à la proposition.

* Vallourec (-0,2%) a placé une émission obligataire de 400 ME à échéance 2022, avec un coupon annuel de 6,625%, contre 300 ME projetés. Les fonds vont permettre de rembourser les tirages réalisés sur des lignes bancaires et de rembourser de la dette.

©2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Clôture Paris : le CAC40 perd 0,03%...

Partenaires de Boursier.com