CAC 40
PX1 - FR0003500008
Cotation du 02/12/2016 à 18h05
4 528,82 -0,70%
Ouverture : 4 527,84
Clôture veille : 4 560,61
+Haut : 4 545,25
+Bas : 4 490,15

Mon compteJe suis déjà client

DécouvrirJe souhaite recevoir une documentation gratuite

Clôture Paris : dans le rouge avec les banques

FR0003500008

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40, après avoir à nouveau touché les 4.550 pts en fin de semaine dernière, a rechuté de 0,88% ce lundi, retrouvant ainsi les 4.510 pts en clôture, plombé notamment par le secteur bancaire... Les marchés financiers attaquent la dernière ligne droite avant la période, généralement creuse en terme d'actualité, des fêtes de fin d'année. Plusieurs événements économiques sont cependant susceptibles d'augmenter la volatilité dans les prochains jours, à commencer par la réunion de l'Opep prévue mercredi qui s'annonce délicate et également le référendum italien du 4 décembre. Outre-Atlantique, Wall Street subit actuellement quelques prises de bénéfices en ce début de semaine, après les nouveaux records historiques des principaux indices US vendredi dernier.

ECO/DEVISES

Alors que les analystes financiers ont eu les yeux rivés sur Wall Street ces dernières semaines, dans le sillage de l'élection surprise de Donald Trump, ils pourraient se tourner dans les prochains jours vers l'Europe. Après le référendum britannique de juin sur le Brexit, un autre référendum se tiendra le 4 décembre, en Italie. Or, ce scrutin pourrait se traduire par une poussée populiste, qui menacerait le gouvernement Renzi, et au-delà de l'Italie, pourrait influencer les élections prévues en 2017 en France et en Allemagne. Le scrutin italien porte sur une réforme de la constitution (réforme du Sénat et simplification du processus législatif). Mais dans les faits, il s'est transformé en un vote de confiance ou de défiance vis-à-vis du Premier ministre Matteo Renzi, qui a fait savoir qu'il ne resterait pas en poste si le "non" l'emportait. Dans ce cas, il s'est aussi engagé à organiser des élections législatives anticipées à l'été 2017. Or, les sondages montrent que le vote du 4 décembre sera serré, et révèlent en outre la présence d'un grand nombre d'électeurs indécis, qui feront basculer le résultat en fin de compte.

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Dallas pour le mois de novembre 2016 est ressorti à 10,2, contre 2 de consensus et -1,5 un mois plus tôt.

La semaine qui s'ouvre sera marquée mercredi par la réunion très attendue de l'Opep, qui pourrait s'accorder sur une baisse de sa production, une stratégie destinée à soutenir les cours du pétrole, tombés sous le seuil des 50$ le baril depuis près de deux ans. Les négociations entre experts, menées à l'approche de la réunion du 30 novembre, ont été difficiles. Il n'est pas garanti que les membres du cartel parviennent à un accord, en raison de la réticence de l'Iran et de l'Irak de limiter leurs productions. Vendredi, le cours du brut léger américain WTI a chuté de près de 4% à 46$ (contrat à terme de janvier), après l'annonce de l'annulation d'une réunion prévue lundi entre l'Opep et les autres pays producteurs. L'Arabie saoudite s'est retirée de cette réunion, estimant qu'il fallait d'abord trouver un accord au sein du cartel avant de discuter avec les pays non-membres de l'Opep, dont la Russie.

L'OCDE relève ses prévisions de croissance mondiale. L'organisation table désormais sur une croissance de 2,9% cette année puis de 3,3% en 2017 contre 3,2% anticipé en septembre. Le PIB progresserait ensuite de 3,6% en 2018, soit le rythme le plus rapide depuis 2011. La politique de relance envisagée aux Etats-Unis devrait notamment permettre à la première économie mondiale de progresser de 1,5% cette année (contre 1,4% précédemment) et de 2,3% en 2017 soit 0,2 point de plus qu'anticipé auparavant. Dans ses prévisions d'automne, l'OCDE estime même que la croissance américaine devrait augmenter de 3% en 2018. Fort ce de cette croissance les Etats-Unis verraient leur taux de chômage reculer de 4,9% cette année à 4,5% en 2018, tandis que l'inflation remonterait de 1,2% en 2016 à 2,2% en 2018, permettant à la Réserve fédérale de relever progressivement ses taux, qui pourraient atteindre 2,0% en 2018.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,0587$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 47$ et le Brent s'affiche à 48,2$.

VALEURS EN HAUSSE

* Cie des Alpes poursuit sa hausse de 1,2% sur des spéculations concernant son tour de table.

* Veolia gagne 0,5% après un beau contrat. Via sa filiale Veolia Water Technologies, le groupe français a été choisi par le maître d'ouvrage Tecnicas Reunidas pour concevoir et livrer une usine de traitement des eaux usées pour la raffinerie et le terminal de Jazan, en Arabie Saoudite. Entièrement détenu et exploité par Saudi Aramco et situé au sud-ouest du Royaume, le nouveau complexe sera en mesure de traiter 400.000 barils/jour de brut saoudien lourd et moyen à partir de sa mise en service en 2017. Les modalités financières n'ont pas été dévoilées.

* Renault et Peugeot montent respectivement de 0,3% et 0,2%.

VALEURS EN BAISSE

* Autre valeur pétrolière en difficultés, CGG reste lourdement vendue, en baisse de près de 4,8%.

* Le baril de pétrole WTI a reculé sur les 46 dollars vendire, ce qui pèse aujourd'hui sur Vallourec (-3,9%) et Technip (-1,5%), malgré un rebond sur les 47$ actuellement. Goldman Sachs a par ailleurs repris le suivi de Vallourec sur une recommandation 'neutre' et une valorisation de 4,5 Euros par action.

* Les bancaires perdent du terrain à l'approche du référendum italien : BNP Paribas cède 2,6% avec Société Générale (-2,1%) et Crédit Agricole (-2,1%).

* Alstom perd 1,4%. Le groupe veut comprendre le choix des autorités espagnoles pour le contrat de 30 TGV accordé à Talgo. Il a demandé à la Renfe des précisions quant au choix de son rival, notamment sur les éléments techniques de l'appel d'offres.

* EDF perd 0,5%. L'Autorité de la concurrence française a confirmé la semaine dernière avoir mené des raids dans plusieurs entreprises officiant dans les secteurs des services énergétiques et de la fourniture d'énergie. Elles sont "suspectées d'avoir mis en oeuvre des pratiques anticoncurrentielles". Les perquisitions ont été dûment autorisées par un juge des libertés. Le régulateur ne fera aucun autre commentaire, car ces interventions ne préjugent pas forcément de l'existence d'infractions.

* Sanofi perd 0,1% à. L'intérêt de Johnson & Johnson pour Actelion n'en est déjà plus au stade de la rumeur. Les deux groupes ont confirmé vendredi l'existence de discussions. Comme à chaque rumeur d'opération, les bruits de couloirs font leur apparition pour tenter d'identifier d'éventuels prétendants tiers, susceptibles de déclencher une bataille boursière. Le nom de Sanofi fait ainsi son retour, comme ceux d'AstraZeneca et Shire.

— ©2016, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 

Actualités CAC 40

Forums
Valeurs les plus actives
  • Solocal GroupAcitivité: 10
  • CAC 40Acitivité: 8
  • AlstomAcitivité: 6
  • Airbus Group (ex-EADS)Acitivité: 6
  • Veolia EnvironnementAcitivité: 6
  • CarmatAcitivité: 4
  • Eos imagingAcitivité: 4
Sujets à la une
  • La banque publique Bpifrance perd 18,5 millions d'euros avec Viadeo 24
  • US / Eco : 178.000 créations de postes en novembre 25
  • Présidentielle 2017 : les Français approuvent la décision de François Hollande 24
  • Les Français divisés sur le programme économique de François Fillon 46
  • Tous les forums
  • Alvexo – L’excellence du trading en ligne
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
Alvexo
Partenaires