Dow Jones Industrial
DJIND
Cotation du 09/12/2016 à 22h56
19 756,85 +0,72%
Ouverture : 19 631,35
Clôture veille : 19 614,81
+Haut : 19 757,74
+Bas : 19 623,19

Mon compteJe suis déjà client

DécouvrirJe souhaite recevoir une documentation gratuite

Clôture de Wall Street : record du DJIA avec le pétrole, le Nasdaq s'enfonce...

US2605661048

(Boursier.com) — La Bourse américaine a fait le grand écart, jeudi, sous l'effet d'une rotation sectorielle accélérée. Les secteurs de l'énergie, de l'industrie et des banques ont monté avec les cours du pétrole et les taux d'intérêts. L'indice Dow Jones en a profité pour inscrire un nouveau record historique. En revanche, les technologiques ont abandonné environ 2,5% en deux jours, souffrant de craintes sur la future politique protectionniste de Donald Trump. Les défensives ont été délaissées pour cause de hausse des taux d'intérêts.

A la clôture, l'indice Dow Jones a avancé de 0,36% pour finir à 19.192 points, tandis que le S&P 500 a cédé 0,35% à 2.191 pts et que le Nasdaq composite a abandonné 1,36% à 5.251 pts.

Le pétrole brut WTI a continué son "rally", au lendemain de l'accord sur une baisse de production conclu la veille par l'Opep. Le baril WTI, pour livraison en janvier, est remonté au-dessus de 50$ en fin de journée, finissant à 51,06$ (+3,28%), ce qui porte à environ 13% sa flambée en deux séances !

Les pays hors Opep devraient participer à la baisse de la production

Mercredi, pour la première fois depuis 2008, l'Opep est parvenue à sceller un accord concret pour baisser sa production d'or noir, afin de soutenir les cours, tombés sous la barre des 50$ depuis deux ans et demi.

Les 14 pays membres du cartel pétrolier, qui fournit environ un tiers du pétrole mondial, sont convenus mercredi à Vienne de réduire leur production d'environ 1,2 million de barils par jour, soit environ 3%, pour la ramener à 32,5 mbj, contre environ 33,6 mbj en octobre (un niveau record...) Les coupes entreront en vigueur en janvier 2017 pour une période de 6 mois, précise l'accord. Les pays producteurs non membres de l'Opep devraient aussi réduire leur production d'environ 600.000 barils par jour, dont 300.000 pour la Russie. Une réunion est prévue le 9 décembre entre pays l'Opep et les autres producteurs.

La hausse du pétrole a renforcé les anticipations inflationnistes, entraînant une forte tension sur les marchés obligataires américains. Le rendement du T-Bond à 10 ans, qui avait grimpé de 9 points de base mercredi a continué à grimper pour atteindre 2,44% (+6 pdb). Le dollar a en revanche marqué le pas, notamment face à l'euro, qui a regagné 0,6% à 1,0650$ jeudi soir dans les échanges interbancaires à New York.

A noter que l'euro a accéléré sa hausse après l'annonce par François Hollande qu'il renonçait à se présenter à la présidentielle de 2017. Cette annonce clarifie un peu le tableau de la primaire à gauche en France, à laquelle le Premier ministre Manuel Valls pourrait désormais se présenter.

Les chiffres de l'emploi en novembre attendus vendredi

A Wall Street, la séance a été riche en publications macro-économiques, qui ont une nouvelle fois confirmé la bonne santé de l'économie américaine, même si le nombre d'inscriptions hebdomadaires au chômage a augmenté plus que prévu, de 17.000, pour atteindre 268.000 contre 253.000 attendu...

En revanche, d'après la dernière étude de la firme Challenger, le nombre de destructions de postes a baissé en novembre à 26.936 emplois perdus, contre 30.740 en octobre. Rappelons que demain vendredi, les marchés auront les yeux rivés sur les chiffres de l'emploi américain en novembre. Les économistes s'attendent en moyenne à la création de 180.000 emplois non agricoles le mois dernier (après +161.000 en octobre) et à un taux de chômage stable, à 4,9%.

Les indices d'activité manufacturière sont ressortis plus solides que prévu en novembre. Le PMI manufacturier publié par Markit a atteint 54,1, contre 53,9 de consensus de place et 53,4 un mois plus tôt. L'autre indice manufacturier, l'ISM, s'est inscrit à 53,2 contre 52,3 de consensus, et 51,9 un mois avant.
Enfin, les dépenses américaines de construction ont progressé de 0,5% en octobre sur un mois, un peu moins que prévu (+0,6% de consensus). En glissement annuel, les dépenses de construction ont progressé de 3,4% depuis octobre 2015.

Les pétrolières, les bancaires et l'automobile en forme

Du côté des valeurs, les pétrolières ont nettement progressé à Wall Street : +1,5% pour Chevron, +0,7% pour Chesapeake Energy, +3,6% pour Transocean, +10% pour Seadrill et +7% pour Diamond Offshore Drilling. Caterpillar, fabricant d'engins miniers, a gagné 0,7%.

Les bancaires ont poursuivi leur hausse, dans le sillage de la tension sur les taux, un facteur positif pour leurs futurs profits. Goldman Sachs a gagné 3,3%, JP Morgan Chase a pris 2% et Morgan Stanley a progressé de 1,9%. Le secteur profite des perspectives de taux d'intérêts plus élevées, mais sans doute aussi de la nomination, mercredi, de Steven Mnuchin, un ancien de Goldman Sachs, comme secrétaire au Trésor.

Les constructeurs automobiles Ford Motor et General Motors ont bondi de 3,9% et de 5,5% après avoir fait état de ventes automobiles meilleures que prévu en novembre. Fiat Chrysler automobile a gagné 1%.

Les semi-conducteurs en berne, Intel lanterne rouge du Dow Jones

A l'inverse, les technologiques ont subi de vives prises de bénéfices dans la crainte que l'administration protectionniste de Donald Trump pèse sur leur modèle économique, basé sur la production à l'étranger, généralement en Asie.

Le secteur des semi-conducteurs a été particulièrement malmené jeudi : -2,7% pour Intel, plus forte baisse du DJIA, -5,8% pour son concurrent AMD, -5,4% pour Micron technology ou encore -6,5% pour Applied Materials.

Du côté des derniers résultats de la saison, ceux de Guess (-10,2%) ont fortement déçu. La société californienne spécialisée dans la mode a affiché un bénéfice net de 9,1 M$ (0,11$ par action), contre 12,4 M$ (0,15$ par action) un an avant. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,14$. Les revenus s'élèvent à 536 M$, en croissance de près de 3%. Sur le quatrième trimestre, le groupe vise un bpa compris entre 0,40 et 0,50$, contre 0,60$ de consensus.

Le groupe de distribution Kroger a gagné 3,3% après l'annonce de ses résultats du 3ème trimestre. Les bénéfices sont de 391 M$ (0,41$ par action), contre 428 M$ (0,43$ par action) un an avant. Les ventes grimpent de 5,9% en glissement annuel, à 26,6 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,41$, pour des revenus de 26,3 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise désormais un bpa compris entre 2,10 et 2,15$, contre une précédente fourchette de 2,10/2,20$.

— ©2016, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 

Actualités Dow Jones Industrial

Forums
Valeurs les plus actives
  • Sequana (regroupées)Acitivité: 10
  • CAC 40Acitivité: 8
  • SoitecAcitivité: 8
  • Solocal GroupAcitivité: 8
  • Marie Brizard Wine and Spirits (ex-Belvedere)Acitivité: 6
  • AxaAcitivité: 4
  • Credit AgricoleAcitivité: 4
Sujets à la une
  • Valls proposera un "revenu décent" à partir de 18 ans 45
  • Cazeneuve veut en faire autant en cinq mois qu'en cinq ans 23
  • Front contre la purge des dépenses publiques 67
  • Notre-Dame-des-Landes : la faisabilité d'une évacuation à l'étude ? 15
  • Tous les forums
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
  • Alvexo – L’excellence du trading en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
Binck
Partenaires