Cotation du 20/10/2017 à 22h20 Dow Jones Industrial +0,71% 23 328,63
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : les records maintenus malgré la Fed

Clôture de Wall Street : les records maintenus malgré la Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les investisseurs américains sont restés prudemment optimistes, mercredi, après les annonces de la Réserve fédérale américaine, qui a gardé le cap en matière de hausse des taux et a confirmé qu'elle entamerait dès octobre la réduction de son bilan. Le processus de resserrement monétaire et de réduction du bilan se feront toutefois très progressivement, a assuré la banque centrale américaine. Le dollar et les taux d'intérêts ont progressé nettement après les annonces de la Fed.

L'action Apple a chuté de 1,7% après des informations faisant état d'un problème de connexion pour sa nouvelle Apple Watch.

Après une première réaction négative, les indices boursiers américains ont finalement terminé proches de l'équilibre, le Dow Jones et le S&P 500 inscrivant même de nouveaux records... Le DJIA a ainsi gagné en clôture 0,18% à 22.412 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,06% à 2.508 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a légèrement reculé, de 0,08%, pour finir 6.456 pts.

Le dollar, les taux et le pétrole finissent en hausse

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises, a bondi de 0,6% à 92,16 après les annonces de la Fed. L'euro a abandonné 0,8% pour revenir à 1,1898$, après avoir perdu jusqu'à 1,1% dans la soirée. Les taux d'intérêts se sont tendus sur les marchés obligataires : le rendement de l'emprunt d'Etat américain (T-Bond) à 10 ans a grimpé de 3 points de base pour atteindre 2,28% mercredi soir.

Le baril de pétrole WTI a terminé mercredi au-dessus des 50$ pour la première fois depuis juillet. Les investisseurs espèrent de l'Opep et ses alliés prolongeront vendredi leur accord de réduction de la production. Le baril de brut WTI a grimpé de 1,88%, à 50,41$ (contrat à terme d'octobre sur le Nymex), tandis que le Brent de Mer du Nord a grimpé de 2,1% à 56,29$.

La Réserve fédérale américaine a laissé mercredi ses taux d'intérêts directeurs inchangés, dans la fourchette de 1% à 1,25%, une décision qui était attendue. Par ailleurs, elle a annoncé qu'elle entamerait dès octobre la réduction de son énorme bilan (4.500 Md$), et a aussi laissé entendre qu'une nouvelle hausse des taux restait à l'agenda avant la fin de cette année, alors que beaucoup d'investisseurs s'attendaient à une pause jusqu'en 2018.

Prévisions de croissance relevées, malgré les ouragans

Les projections médianes des membres de la Fed font ainsi état d'une hausse d'un quart de point avant la fin 2017, puis de trois nouveaux tours de vis l'an prochain, ce qui porterait le taux des "fed funds" entre 2% et 2,25% à la fin 2018.

Pour étayer ses prévisions, la banque centrale américaine a estimé que les dégâts occasionnés par les ouragans Harvey et Irma seraient passagers. Les banquiers centraux ont même revu à la hausse leurs prévisions de croissance aux Etats-Unis, tout en maintenant leurs estimations de chômage et d'inflation.

Mercredi, sur le plan macro-économique, les reventes de logements existants ont déçu, affectées par l'ouragan Harvey qui a frappé le Texas et la Louisiane fin août. En août, ces reventes sont ressorties à 5,35 millions d'unités aux Etats-Unis, contre 5,48 millions de consensus de place et 5,44 millions en juillet. Sur un an, les reventes de logement s'affichent encore en timide hausse de 0,2%.

LES VALEURS

L'action Apple a perdu 1,7%, affichant la plus forte baisse du Dow Jones. Les investisseurs ont réagi négativement à des informations de presse faisant état de problèmes de connexion de la nouvelle Apple Watch 3, qui doit être commercialisée dès ce vendredi. Le site spécialisé 'The Verge' a révélé ces problèmes, qui lui ont été confirmés par la firme à la pomme. "Nous avons découvert que quand l'Apple Watch Series 3 rejoint des réseaux Wi-Fi non authentifiés sans connectivité, cela peut par moment empêcher la synchronisation avec le téléphone mobile", a ainsi réagi une porte-parole du groupe, cité par 'Verge'.

Les valeurs pétrolières sont reparties à la hausse avec le cours du pétrole : +0,4% pour ExxonMobil, +0,03% pour Chevron, +1,6% pour ConocoPhillips, +4,5% pour Transocean et +1,8% pour Halliburton.

A la baisse, Adobe Systems (-4,2%) a révélé les résultats de son troisième trimestre fiscal. L'éditeur de logiciels tels qu'Acrobat et Photoshop a annoncé un bénéfice net de 419,6 millions de dollars (84 cents par action) contre 270,8 M$ (54 cents par action) un an plus tôt sur la même période, soit une hausse de 54%. En données ajustées (hors éléments exceptionnels) le bénéfice par action s'établit à 1,10$ par action, un peu supérieur au consensus (1,01$ par action). Quant au chiffre d'affaires, il a bondi de 26% à 1,84 Md$, contre 1,46 Md$ un an plus tôt et 1,82 Md$ de consensus.

Bed Bath & Beyond (-15,8%) a publié ses comptes du second trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 94,2 M$ (0,67$ par action), contre 167,3 M$ (1,11$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,75$. Les ventes s'élèvent à 2,94 Mds$, contre 2,99 Mds$ un an plus tôt. A magasins comparables, les ventes reculent de 2,6%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,93$, pour des vente de 3 Mds$.

L Brands (-5,1%). Cowen & Co vient de dégrader la valeur de la maison-mère de Victoria's Secret, évoquant une concurrence sectorielle accrue. En outre, le spécialiste de Cowen estime que L Brands va devoir ajouter des éléments digitaux afin de stimuler la demande et le trafic.

General Mills (-5,8%) trébuche à Wall Street, après les comptes. Les profits trimestriels sont ressortis inférieurs aux attentes. Le groupe alimentaire américain, connu pour ses céréales Cheerios, a annoncé pour le premier trimestre fiscal, clos fin août, un bénéfice net pdg de 405 M$, contre 409 M$ un an avant. Le bpa s'est élevé à 69 cents, contre 67 cents un an avant. Le bpa ajusté a atteint 71 cents, pour des revenus en repli de 3,5% à 3,8 Mds$. Le consensus était de 76 cents de bpa ajusté.

FedEx (+2%) a dévoilé ses résultats du T1 fiscal. Les bénéfices sont de 596 M$ (2,19$ par action), contre 715 M$ (2,65$ par action) un an avant. Le bénéfice par action ajusté ressort à 2,51$, contre 2,82$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 15,3 Mds$, contre 14,7 Mds$ un an plus tôt. FedEx explique que ses résultats trimestriels ont été pénalisés par le passage de l'ouragan Harvey aux États-Unis et par la cyberattaque qui a touché les activités de TNT Express. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 3,09$, pour des ventes de 15,35 Mds$... Sur l'exercice, le groupe vise un bpa non-GAAP compris entre 12 et 12,80$.

Pfizer (+1,5%). Le géant pharmaceutique américain profite d'une recommandation de Morgan Stanley, qui vient de revoir son conseil de 'pondération en ligne' à 'surpondérer' sur le dossier. Le broker estime que les investisseurs sous-évaluent les perspectives globales du dossier.

©2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Clôture de Wall Street : les records maintenus malgré la Fed

Partenaires de Boursier.com