Accueil > Actualités » Reuters » Consultation

Un gouvernement de toutes les couleurs

Un gouvernement de toutes les couleurs

Un gouvernement de toutes les couleurs
Crédit photo © Reuters

par Jean-Baptiste Vey et Marine Pennetier

PARIS (Reuters) - Paritaire et resserré, le premier gouvernement de la présidence Macron présenté mercredi balaye le spectre politique de la gauche à la droite et compte en son sein des personnalités de la société civile, dont l'écologiste Nicolas Hulot, à l'image de la recomposition politique promise par le chef de l'Etat.

Composé de vingt-deux membres - onze hommes et onze femmes - le gouvernement du juppéiste Edouard Philippe compte 18 ministres et quatre secrétaires d'Etat.

Seuls deux membres du gouvernement sortant y figurent, l'ancien ministre socialiste de la Défense Jean-Yves Le Drian, nommé ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, et la radicale de gauche Annick Girardin, ministre des Outre-mer.

Après la nomination du député-maire Les Républicains du Havre à Matignon, deux personnalités du principal parti de droite rejoignent Bercy et ont été exclus de leur parti : Bruno Le Maire comme ministre de l'Economie et des Finances et Gérald Darmanin comme ministre de l'Action et des Comptes publics.

"Sur le choix et l'équilibre général du gouvernement, c'est un gouvernement qui correspond à sa promesse de campagne : un gouvernement resserré et paritaire", souligne-t-on à l'Elysée, où l'on précise que les attributions précises des ministres seront fixées dans les prochains jours par décret.

"On n'exclut pas des ajustements à l'issue des élections législatives et des noms supplémentaires de secrétaires d'Etat mais ça sera vraiment à la marge", ajoute-t-on de même source.

Avec ce casting, le nouveau président et son Premier ministre espèrent convaincre d'autres responsables de droite de rejoindre la majorité présidentielle qu'ils souhaitent constituer. Avant ou après les législatives des 11 et 18 juin.

"DU COURAGE, J'EN AI"

Le chef de l'Etat a publié sur son compte Twitter une photo sur laquelle il apparaît aux côtés de son Premier ministre autour d'une table de travail.

"Avec Edouard Philippe, Premier ministre d'un gouvernement de rassemblement et de renouvellement pour changer la France", a-t-il écrit.

Interrogé par Reuters dans son bureau après l'annonce de la composition de son gouvernement, Edouard Philippe a pour sa part déclaré : "Du courage, j'en ai, et il va me falloir de la chance."

Les passations de pouvoir ont quasiment toutes eu lieu dans la foulée, à la veille du premier conseil des ministres qui aura lieu jeudi à 11h00 (09h00 GMT).

"Emmanuel Macron insistera beaucoup à cette occasion sur la collégialité et le caractère collectif que doit avoir l'action gouvernementale", souligne-t-on à l'Elysée. "La conviction qu'il partage avec le Premier ministre c'est qu'on court tous vers le même but".

Au total, onze membres du gouvernement sont issus de la société civile.

Numéro deux du gouvernement, le sénateur-maire socialiste de Lyon Gérard Collomb, soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, devient ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur.

Suivent deux autres ministres d'Etat : le centriste François Bayrou, allié d'Emmanuel Macron pendant la campagne, qui hérite de la Justice, et l'écologiste Nicolas Hulot, ancien animateur d'émissions de télévision nommé ministre de la Transition écologique et solidaire. Il sera également chargé du dossier sensible de l'Energie, a précisé l'entourage du chef de l'Etat.

Nouvelle ministre des Armées, la députée européenne centriste Sylvie Goulard, prend leur suite dans l'ordre protocolaire.

Richard Ferrand, un dissident PS dirigeant du mouvement En Marche ! d'Emmanuel Macron, est nommé ministre de la Cohésion des territoires, avec la responsabilité du Logement. Christophe Castaner, un autre proche soutien et également dissident PS, devient secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement.

SOCIETE CIVILE

Issues de la société civile, Agnès Buzyn, médecin, est ministre des Solidarités et de la Santé, tandis que l'éditrice Françoise Nyssen hérite de la Culture.

Muriel Pénicaud, directrice générale de Business France, succède à Myriam El Khomri au ministère du Travail, où elle mènera les délicates discussions avec les syndicats sur les réformes annoncées par Emmanuel Macron.

Parmi la dizaine de personnalités de la société civile nommées figure aussi notamment l'escrimeuse d'origine antillaise Laura Flessel, ministre des Sports.

Ancien directeur général de l'Enseignement scolaire, le juriste Jean-Michel Blanquer est nommé ministre de l'Education nationale et le radical de gauche Jacques Mézard ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Le gouvernement comprend en outre deux ministres qui travailleront auprès d'un autre ministre, Elisabeth Borne, chargée des Transports, et Marielle de Sarnez, proche de François Bayrou, chargée des Affaires européennes.

La composition du gouvernement, dont l'annonce avait été reportée de 24h pour permettre de vérifier la situation fiscale de ses membres, a suscité de nombreuses réactions à gauche comme à droite.

Le Parti socialiste et Les Républicains, de même que La France insoumise, ont regretté un manque de renouvellement et ont appelé leurs électeurs respectifs à se mobiliser lors des législatives.

(avec Elizabeth Pineau, Charles Platiau et Michel Rose, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2017 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !