Sept touristes français enlevés au Cameroun

par Bate Felix et Jean-Baptiste Vey

DAKAR/ATHENES (Reuters) - Sept touristes français d'une même famille, trois adultes et quatre enfants, ont été enlevés par un "groupe terroriste" nigérian mardi matin dans le nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria, a confirmé François Hollande.

"J'ai appris qu'il y avait eu sept compatriotes qui avaient été enlevés au Cameroun - trois adultes, quatre enfants de la même famille - par un groupe terroriste que nous connaissons et qui est au Nigeria", a dit le président français en marge d'un déplacement à Athènes.

Sept otages français étaient déjà détenus au Sahel et un autre au Nigeria par des groupes islamistes.

L'enlèvement a eu lieu vers 07h00 du matin (06h00 GMT) dans un petit village à une dizaine de kilomètres de la frontière nigériane, près du parc national de Waza et du lac Tchad, une région touristique prisée des étrangers.

Selon Radio France Internationale (RFI), les Français ont été enlevés par des hommes armés circulant à moto puis conduits en territoire nigérian.

Ces rapts surviennent alors que l'armée française intervient depuis plus d'un mois contre des groupes armés islamistes dans le nord du Mali.

C'est la première fois que des étrangers sont enlevés dans le nord du Cameroun.

"La plus grande probabilité, c'est qu'ils soient emmenés au Nigeria. Donc nous faisons tout pour éviter qu'ils soient retenus dans ce pays", a précisé François Hollande.

Prié de dire si, selon lui, ces enlèvements étaient liés à l'intervention de l'armée française au Mali, il a déclaré :

"Je vois surtout l'implantation d'un groupe terroriste, Boko Haram en l'occurrence, dans cette partie-là du Cameroun et c'est suffisamment inquiétant pour nous mobiliser. La France est au Mali, la France poursuit son action jusqu'au bout."

Le nord-est du Nigeria, frontalier du Cameroun, est un bastion de la secte islamiste Boko Haram. Ce groupe, responsable de nombreuses attaques et attentats, a pris les armes pour tenter d'imposer la "charia" (loi coranique) dans la moitié nord du pays le plus peuplé d'Afrique qui compte approximativement autant de musulmans que de chrétiens.

La région est également la proie de bandes criminelles qui profitent de l'insécurité provoquée par l'insurrection islamiste pour se livrer à des attaques à main armée.

Avec Diadié Ba, John Irish et Vicky Buffery; Jean-Stéphane Brosse et Guy Kerivel pour le service français


click here for restriction
©2014 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • ArchosAcitivité: 10
  • Groupe PartoucheAcitivité: 10
  • SoitecAcitivité: 10
  • Alcatel-LucentAcitivité: 6
  • CAC 40Acitivité: 6
  • GenfitAcitivité: 6
  • PeugeotAcitivité: 6
Sujets à la une
  • La France condamnée pour la mort d’un homme en garde à vue 31
  • Déficits : en échange des 3%, Montebourg exige que l'Europe change de cap ! 36
  • Des élus PS jugent dangereux le plan d'économies de Manuel Valls 4
  • Poutine admet que les forces russes ont été déployées en Crimée 57
  • Tous les forums
  • Abonnez-vous gratuitement aux publications et services BNP Paribas Produits de Bourse !
  • BforBank, épargne et bourse en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • Fortuneo : Banque en ligne moins chère
  • Cortal Consors, pionnier de la Bourse en ligne
  • BINCK.FR - Expert de la bourse en ligne
BNP Paribas