Marisol Touraine met en garde les sénateurs du Front de gauche

PARIS (Reuters) - Les sénateurs du Front de gauche, à force de s'abstenir ou de voter contre les projets de loi du gouvernement, courent le risque de ne plus être écoutés par la majorité socialiste, a prévenu vendredi Marisol Touraine.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé a dit "regretter" que les élus du Front de gauche aient contribué au rejet de plusieurs textes au Sénat ces dernières semaines.

Le dernier en date est le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013, contre lequel les sénateurs communistes et apparentés ont voté jeudi soir.

Mercredi, les sénateurs Front de gauche avaient contribué au rejet du projet de budget 2013 par leur abstention, la gauche ne disposant dans sa totalité sur le papier que d'une très courte majorité au Sénat.

"Il y a une majorité incertaine au Sénat, à l'évidence, et je le regrette", a souligné Marisol Touraine sur France Info. "Le résultat est que la majorité ne trouve pas d'aboutissement et de concrétisation au Sénat."

"Le risque est donc, qu'au fond, nous ne nous préoccupions plus autant des positions du Front de gauche dans l'élaboration des projets parlementaires puisque de toutes façons ils nous opposent une fin de non-recevoir", a-t-elle ajouté.

Pour Marisol Touraine, l'attitude des sénateurs communistes et affiliés ne sert pas leurs objectifs.

Interrogée à ce sujet sur LCI, la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a dit noter que les élus du Front de gauche "ne sont pas dans la majorité présidentielle".

"Quand on se réclame de la gauche, on a plutôt intérêt à ce que le Sénat occupe ses fonctions", a-t-elle déclaré, disant trouver leur attitude "assez désolante".

Mais les deux leaders du Front de gauche ont défendu cette ligne.

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, a dénoncé sur RTL le "manque de courage" du gouvernement face aux marchés financiers.

"Il faudrait quand même un peu sortir de la mentalité monarchique de la Ve République, il reste quand même un Parlement", a dit de son côté Jean-Luc Mélenchon, co-directeur du parti de gauche, à l'issue d'un entretien avec le président.

A l'Assemblée nationale, qui a toujours le dernier mot, le groupe socialiste et ses alliés radicaux de gauche ont seuls la majorité absolue. Le rejet de textes au Sénat n'empêche donc pas leur adoption finale.

Chine Labbé, édité par Gilles Trequesser


click here for restriction
©2016 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • Solocal GroupAcitivité: 10
  • CAC 40Acitivité: 8
  • AlstomAcitivité: 6
  • Veolia EnvironnementAcitivité: 6
  • Airbus Group (ex-EADS)Acitivité: 4
  • CarmatAcitivité: 4
  • Eos imagingAcitivité: 4
Sujets à la une
  • Les Français divisés sur le programme économique de François Fillon 54
  • Présidentielle 2017 : les Français approuvent la décision de François Hollande 41
  • US / Eco : 178.000 créations de postes en novembre 39
  • La banque publique Bpifrance perd 18,5 millions d'euros avec Viadeo 36
  • Tous les forums
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • Alvexo – L’excellence du trading en ligne
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
Bourse Direct
Partenaires