Accueil > Actualités » Reuters » Consultation

Les constructeurs européens veulent contrer Tesla sur les bornes de recharge

Les constructeurs européens veulent contrer Tesla sur les bornes de recharge

Les constructeurs européens veulent contrer Tesla sur les bornes de recharge
Crédit photo © Reuters

par Christoph Steitz

FRANCFORT (Reuters - Les grands constructeurs automobiles européens s'associent pour construire un réseau de chargeurs de batteries ultra-rapides afin de doper la demande pour les voitures électriques et contrer l'avance prise dans ce domaine par l'américain Tesla.

BMW, Volkswagen, Ford et Daimler veulent mettre en place quelque 400 bornes de nouvelle génération en Europe, qui permettront de recharger une voiture en quelques minutes.

La lenteur du chargement de la batterie est l'un des principaux inconvénients des voitures électriques, quand le plein des véhicules traditionnels s'effectue en quelques minutes.

Jusqu'à présent, les conducteurs devaient laisser leur véhicule branché plusieurs heures à une borne pour pouvoir effectuer un trajet d'une certaine distance.

Installer des chargeurs plus rapides stimulera le marché et aidera également les constructeurs traditionnels à réduire l'écart avec Tesla, qui possède son propre réseau de bornes de recharge. Les chargeurs du groupe de la Silicon Valley sont les plus rapides du secteur mais sont incompatibles avec les voitures de ses concurrents.

Les constructeurs appellent à la rescousse les spécialistes, notamment de ceux de l'industrie électrique et du génie, comme les allemands Innogy, E.ON et Siemens et le portugais Efacec, qui travaillent tous sur la technologie, ont rapporté des sources proches du dossier à Reuters.

UN CHARGEUR TROIS FOIS PLUS RAPIDE QUE CEUX DE TESLA

Le nouveau chargeur de 350 kilowatts devrait être quasiment trois fois plus puissant que ceux de Tesla.

"Il s'agit d'un effort structuré et concerté de tous les secteurs pour s'attaquer au problème de l'infrastructure de façon réelle", a dit l'une de ces sources.

Un porte-parole de Ford, s'exprimant au nom du consortium, a indiqué que des discussions avec d'éventuels partenaires avaient débuté. Plusieurs fournisseurs d'énergie devraient participer au projet, a-t-il ajouté, sans en dire davantage.

Le patron de Tesla, Elon Musk, a laissé entendre que sa société ne serait pas en reste. Sur son compte Twitter, il a qualifié de "jouet d'enfant" ces chargeurs de 350 kWh.

Les constructeurs européens estiment que la demande pour les véhicules électriques est sur le point de décoller. Le président du directoire de Daimler, Dieter Zetsche, voit les véhicules électriques représenter entre 15 et 25% des ventes de Mercedes d'ici 2025.

Mais les techniciens doivent d'abord résoudre la question de la charge.

L'Europe possède déjà un réseau d'environ 72.000 bornes publiques, mais la plupart sont si lentes qu'il faut plusieurs heures pour parvenir à une charge complète.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que 5.800 bornes en Europe sont "rapides", c'est-à-dire qu'elles disposent d'une puissance d'au moins 43kWh -- l'équivalent de 90 lave-linge en marche simultanément.

Les bornes les plus rapides accessibles en assez grand nombre sur le continent sont actuellement, et de loin, les 1.800 installées à ce jour par Tesla. Mais à 120kWh, une demi-heure est encore nécessaire pour fournir à la voiture l'énergie nécessaire pendant 270 km.

Comme le marché de la voiture électrique se développe, il va être de plus en plus facile pour les constructeurs traditionnels de rattraper Tesla, explique Graham Evans, analyste chez His Markit.

"Tesla n'a pas vraiment d'équivalent, ils sont indépendants", dit-il. (Mais) je pense que les gros (constructeurs) sont en meilleure position pour exploiter (ce segment) parce qu'ils disposent de ressources plus grandes."

L'installation de milliers de bornes plus rapides à travers le monde coûtera des milliards de dollars d'investissements et offrira une opportunité aux constructeurs. Chaque nouveau chargeur du consortium coûtera environ 200.000 euros.

(Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique Tison)


click here for restriction
©2017 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !