Le chômage dans la zone euro à un nouveau sommet en octobre

BRUXELLES (Reuters) - Le taux de chômage dans la zone euro a atteint un nouveau sommet en octobre, à 11,7%, a annoncé Eurostat vendredi, reflétant la faiblesse de l'économie de la région, qui est entrée au troisième trimestre dans sa deuxième phase de récession depuis 2009.

Ce chiffre est en légère progression par rapport au taux de 11,6% du mois de septembre et marque une forte aggravation par rapport à celui de 9,9% constaté il y a un an.

Le nombre de demandeurs d'emplois a encore augmenté de 173.000 le mois dernier, pour atteindre 19 millions au total.

L'Espagne - où 26,2% de la population active se retrouve sans emploi - reste le pays le plus touché, alors que certains pays du nord de l'Europe, comme l'Autriche (4,3%) s'en sortent.

L'Italie, confrontée à une sévère récession depuis la mi-2011, a annoncé de son côté pour le mois dernier un taux de chômage historique de 11,1%, son plus haut niveau depuis la création d'un indicateur mensuel en matière d'emploi en janvier 2004.

Cette statistique illustre l'ampleur de la tâche qui attend le successeur de Mario Monti, actuel président du Conseil italien, à l'issue des élections législatives prévues en mars.

Au Portugal, le secteur public a perdu un emploi sur 20 le mois dernier, alors que de nombreux secteurs - allant de l'automobile à la finance - ont annoncé des milliers de suppressions de postes depuis le mois de septembre.

En revanche, l'inflation a marqué le pas en novembre, là aussi un reflet de la récession qui frappe la zone euro, a montré la première estimation publiée vendredi par Eurostat.

Le rythme de hausse des prix a fortement baissé ce mois-ci, à 2,2% en rythme annuel, contre 2,5% en octobre et 2,4% attendu par les économistes interrogés par Reuters, grâce notamment à un net ralentissement de la hausse des prix de l'énergie.

Ce taux reste supérieure au seuil de 2% en dessous duquel la Banque centrale européenne (BCE) entend la contenir. Mais selon les économistes, il ouvre la voie à une baisse des taux.

"Avec la nouvelle hausse, sensible, du chômage en octobre qui montre que la zone euro va traverser une période difficile au quatrième trimestre et au-delà, après être entrée en récession modérée au troisième trimestre, et avec une inflation (...) qui semble loin d'être alarmante, nous pensons la BCE a toutes les raisons et la marge de manoeuvre pour relever ses taux d'intérêt de 0,50% à 0,75%", souligne l'économiste Howard Archer d'IHS Global Insight.

Robin Emmott, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten


click here for restriction
©2015 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • GenfitAcitivité: 10
  • Alcatel-LucentAcitivité: 7
  • Sequana (regroupées)Acitivité: 6
  • Innate PharmaAcitivité: 5
  • Airbus Group (ex-EADS)Acitivité: 4
  • CAC 40Acitivité: 4
  • Cibox InteractiveAcitivité: 4
Sujets à la une
  • Les Français sont-ils des assistés ? 100
  • Feu vert de l'UE pour l'importation et la commercialisation de 19 nouveaux OGM 33
  • Grèce : nouvelle "réunion d'urgence", mais pas d'accord en vue... 28
  • Etats-Unis : quand le PDG baisse son salaire pour augmenter ses employés 20
  • Tous les forums
  • BINCK.FR - Expert de la bourse en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • Fortuneo : la Bourse à des tarifs avantageux.
Binck
Partenaires