Boursorama s'ouvre à toutes les bourses

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Boursorama lance jeudi une offre sans condition minimale de ressources, mais payante, afin de conquérir de nouvelles parts de marché, une décision stratégique qui bouscule les pratiques de la banque en ligne.

Le développement de cette industrie en France s'est traditionnellement reposé sur une promesse de frais bancaires réduits contre l'absence d'un réseau d'agences, une offre néanmoins conditionnée par des plafonds minimaux de revenus ou d'épargne.

Avec sa nouvelle offre à 1,5 euro par mois sans minimum requis, la banque directe de Société générale vise désormais l'ensemble de la population française, un élargissement de son horizon qui devrait l'aider à passer des 900.000 clients qu'elle compte aujourd'hui à deux millions en 2020.

"Nous avons une clientèle de plus en plus jeune, 70% des nouveaux clients ont moins de 40 ans et donc nous souhaitons donner accès à Boursorama à tous les clients sans conditions de ressources et d'encours", a expliqué à Reuters sa directrice générale, Marie Cheval.

Pour elle, l'ancien minimum de revenus bruts annuels de 15.000 euros "excluait une partie de la population".

La nouvelle formule comprendra tous les services classiques, comme la carte de paiement, mais avec des plafonds de retraits limités et l'autorisation de découvert ne sera pas possible dès l'ouverture du compte.

"C'EST LE MOMENT"

A 18 euros par an pour la carte de paiement, la directrice générale estime que son offre sera "très compétitive" sur ce créneau de clientèle, sur lequel sa banque entend se positionner avant ses concurrents.

"On aurait préféré faire cette offre gratuite", comme pour les autres clients de Boursorama, regrette-t-elle. Elle justifie néanmoins ce prix par le contexte des taux d'intérêt bas et les encours modestes qui devraient être apportés par ces nouveaux clients.

La stratégie de Boursorama pour séduire les clients reste simple, dit-elle : "Notre objectif c'est d'être la banque la moins chère".

Le lancement de l'offre de Boursorama, qui a renforcé à la rentrée ses campagne de publicité et de communication, intervient alors que le secteur de la banque en ligne doit faire face à de nouvelles formes de concurrence.

L'opérateur télécoms Orange compte en effet lancer une offre bancaire l'année prochaine et de nouveaux intervenants, comme Compte Nickel, qui propose ses services via son réseau de buralistes, commence à rencontrer un certain succès.

"On pense que c'est le moment d'acquérir des parts de marché", indique Marie Cheval qui, si elle ne souhaite pas commenter directement les performances de ses concurrents, reconnaît que l'industrie de la banque en ligne est à un moment stratégique de son développement en France.

(édité par Jean-Michel Bélot)


click here for restriction
©2016 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • UbisoftAcitivité: 10
  • Artprice.comAcitivité: 8
  • CAC 40Acitivité: 8
  • Airbus Group (ex-EADS)Acitivité: 6
  • ParrotAcitivité: 6
  • Air LiquideAcitivité: 4
  • Air France KLMAcitivité: 4
Sujets à la une
  • Premier débat houleux entre Hillary Clinton et Donald Trump 21
  • Le chômage repart en nette hausse, après les espoirs d'embellie 87
  • Sarkozy a eu des contacts avec Le Pen en 2007, affirme Buisson 17
  • Le bond du chômage place Hollande en position périlleuse 30
  • Tous les forums
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
Binck
Partenaires