Airbus Group va supprimer près de 1.000 postes

par Julie Rimbert

TOULOUSE (Reuters) - Airbus Group a annoncé mardi la suppression de 934 emplois nets dans le cadre d'une réorganisation qui prévoit la fusion du groupe avec sa branche d'avions commerciaux, Airbus, sa principale filiale.

Le président exécutif Tom Enders a fait cette annonce lors d'un comité d'entreprise européen du groupe d'aérospatiale et de défense consacré à son plan baptisé Gemini.

Airbus prévoit de supprimer jusqu'à 1.164 postes actuels dans le groupe et d'en créer environ 230 nouveaux, principalement dans la recherche et la digitalisation, soit une réduction nette de 934 postes sur un effectif total d'environ 136.000 salariés.

"L'entreprise dit qu'elle veut diminuer la bureaucratie mais ses salariés dont les postes sont supprimés ne font pas partie de cette bureaucratie", a souligné Yvonnick Dreno, coordinateur de Force ouvrière chez Airbus Group, à des journalistes devant le siège du groupe à Toulouse.

"On espère encore une fois cette fois-ci réussir à une prise en compte sociale, mais on suspecte la direction de vouloir faire des économies", a-t-il ajouté.

Airbus Group dit vouloir privilégier notamment les départs volontaires, les départs à la retraite et en pré-retraite et la mobilité interne, privilégiant le "dialogue social".

Mais FO craint des licenciements secs si le nombre de volontaires au départ n'est pas atteint en 2018.

Selon les syndicats, ce plan prévoit la fermeture du site de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, ce qui entraînera la suppression nette de 308 emplois.

La CGC estime que 640 emplois seront supprimés en France sur les 1.164 prévus d'ici fin 2018.

Gemini, annoncé le 30 septembre, conduira à donner au groupe et la filiale le seul nom d'Airbus à compter du 1er janvier avec une mise en oeuvre effective prévue en juillet et août 2017 d'un plan visant à éviter les doublons.

Cette fusion permettra également de finaliser le déménagement à Toulouse du siège de la société qui était précédemment basé à Paris et Munich.

Tom Enders prendra la tête du nouvel Airbus et Fabrice Brégier sera son numéro deux tout en conservant la présidence de l'activité d'avions commerciaux.

Airbus Helicopters, numéro un mondial des hélicoptères civils que continuera à diriger Guillaume Faury, avait de son côté annoncé le 26 octobre un plan de départs volontaires portant sur 582 postes en France sur la période 2017-2018 en raison du ralentissement de son marché.

(Avec Jean-Michel Bélot à Paris, édité par Cyril Altmeyer)


click here for restriction
©2016 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • Solocal GroupAcitivité: 10
  • CAC 40Acitivité: 8
  • AlstomAcitivité: 6
  • Veolia EnvironnementAcitivité: 6
  • Airbus Group (ex-EADS)Acitivité: 4
  • CarmatAcitivité: 4
  • Eos imagingAcitivité: 4
Sujets à la une
  • US / Eco : 178.000 créations de postes en novembre 39
  • La banque publique Bpifrance perd 18,5 millions d'euros avec Viadeo 36
  • Les Français divisés sur le programme économique de François Fillon 52
  • Présidentielle 2017 : les Français approuvent la décision de François Hollande 40
  • Tous les forums
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
  • Alvexo – L’excellence du trading en ligne
Bourse Direct
Partenaires