A Rungis, Hollande mobilise avant les chiffres du chômage

RUNGIS, Val-de-Marne (Reuters) - François Hollande a appelé jeudi à la mobilisation sur le front de l'emploi, avant la publication des chiffres du chômage de novembre qui devraient vraisemblablement montrer une 19e hausse mensuelle consécutive du nombre de demandeurs d'emploi.

"Je devais dans cette période de fêtes dire aux Français que nous devons être tous sur le pont pour le travail et la lutte contre le chômage", a dit le président français lors d'un déplacement au marché international de Rungis, près de Paris.

François Hollande, dont la popularité est en berne, n'a pas pris de congés de fin d'année, ses vacances médiatisées du mois d'août lui ayant valu de nombreuses critiques suggérant qu'il n'avait pas conscience de l'ampleur de la crise.

"Mon objectif, c'est que le chômage qui progresse depuis maintenant près de deux ans continûment recule", a-t-il dit, réitérant son objectif d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de 2013.

La visite du chef de l'Etat à Rungis a rappelé celles que son prédécesseur Nicolas Sarkozy aimait faire dans ce marché de gros, devenu pour l'ancien maire de Neuilly, l'incarnation, avec ses travailleurs, de "la France qui se lève tôt".

"Faut-il critiquer le président de la République qui se rend à Rungis au petit matin comme le faisait son prédécesseur?", s'est interrogé dans un communiqué l'ancien ministre de la Consommation Frédéric Lefebvre.

"Le moment choisi, la tendance marquée de la hausse du chômage qui se confirme, est tout sauf fortuit", écrit-il, jugeant néanmoins que la France qui travaille la nuit (...) mérite d'être à l'honneur".

La ministre du Logement, Cécile Duflot, a jugé quant à elle au micro d'Europe 1 que François Hollande n'était "évidemment pas dans la même pratique politique que Nicolas Sarkozy".

"Ce message de solidarité et de soutien et de mobilisation en faveur de l'emploi qu'a donné le président ce matin, ça n'est pas une opération de communication de campagne", a-t-elle dit.

Interrogé par la presse, François Hollande n'a pas souhaité reprendre à son compte le slogan de "la France qui se lève tôt".

"La France qui travaille peut se lever tôt, elle peut se lever un petit peu plus tard, cela dépend des rythmes et des modes de travail mais ce que je sais c'est que nous avons une France qui veut travailler."

L'économie française stagnera au premier semestre 2013 après une légère contraction à la fin de cette année, selon les prévisions de l'Insee qui anticipent une nouvelle hausse du chômage.

L'Insee s'attend à 40.000 suppressions de postes par trimestre sur la première partie de 2013 dans les secteurs marchands non agricoles et un taux de chômage à 10,5% fin 2012 et à 10,9% mi-2013, proche des plus hauts touchés début 1997.

Philippe Wojazer avec pool et Julien Ponthus, édité par Jean-Baptiste Vey


click here for restriction
©2014 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • Air France KLMAcitivité: 10
  • Groupe PartoucheAcitivité: 7
  • GenfitAcitivité: 6
  • AdociaAcitivité: 4
  • ArchosAcitivité: 4
  • BNP ParibasAcitivité: 4
  • Erytech PharmaAcitivité: 4
Sujets à la une
  • Soitec : Cession de l'activité GaAs à IntelliEPI 10
  • Budget de la Sécu : Les familles dans le viseur 29
  • La droite reconquiert le Sénat, où le FN fait son entrée 16
  • Alain Juppé réplique à Bernadette Chirac 28
  • Tous les forums
  • BINCK.FR - Expert de la bourse en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • Abonnez-vous gratuitement aux publications et services BNP Paribas Produits de Bourse !
  • Cortal Consors, pionnier de la Bourse en ligne
  • Fortuneo : Banque en ligne moins chère
Binck