Quelles UC dans mon assurance-vie ?

,

Publi-rédactionnel -- Dynamiser "son épargne" rime avec diversifier "ses investissements", nous le savons tous. Toutefois pour beaucoup nous sommes perdus quand il faut passer à l'acte ! Qui ne le serait pas, seul à choisir dans une offre gargantuesque : 27.000 parts de fonds autorisés par l'AMF à la commercialisation en France, 700 OPC patrimoniaux, 170 SCPI... Comment s'assurer de dénicher les meilleurs placements ?

Les UC pour une épargne mieux rémunérée que le 100% fonds en euros

L'ère du contrat 100% investi sur le fonds en euros de l'assureur est révolue... sauf dans le cas d'une épargne à court terme pour laquelle on chercherait sécurité et disponibilité.

" La performance via la diversification c'est la promesse principale des contrats multi-supports. On peut y placer son épargne sur des supports en unités de compte (UC) bénéficiant de l'expertise et du travail quotidien de gérants professionnels, et cela dans l'un des meilleurs cadres fiscaux, l'assurance vie, afin de réduire l'imposition des plus values à venir. " explique Olivier Gentier, Directeur général d'Advize, conseiller en investissements financiers et créateur de l'épargne copilotée.

Sur le papier la proposition semble alléchante. En pratique c'est beaucoup moins simple que cela en a l'air.

Il faut déjà reconnaitre que d'une offre à l'autre on passe du tout au rien : un choix de fonds réduit comme peau de chagrin lorsqu'on s'adresse à sa banque, une surenchère inimaginable lorsqu'on jette un oeil sur Internet : 450 unités de compte dans tel contrat, 300 OPC dans tel autre.

Et puis, à moins d'accéder à une vraie gestion privée ou d'avoir trouvé le conseiller en gestion de patrimoine en or, on est seul ! Ni le banquier, ni l'assureur ne nous conseille précisément. CAC 40 ou small caps, Europe ou Chine, gestion flexible ou gestion alternative, fonds profilés ou ETF ?

Par dépit on surinvestit souvent sur le fonds en euros et on sélectionne au hasard quelques supports en unités de compte qu'on ne changera jamais !

Quelques règles de bases pour une bonne diversification de son assurance vie

Obligations privées, convertibles, titres participatifs, actions, marchés émergents, or, pétrole, immobilier... il est primordial de diversifier son patrimoine pour chercher de la performance et limiter les risques en cas de baisse des marchés.

Première règle : du fonds en euros pour sécuriser, des unités de compte pour dynamiser.

L'allocation au sein de votre ou vos contrats multi-supports doit refléter vos projets. A 30 ans, si on épargne pour sa retraite il est cohérent de privilégier les marchés actions, placements plus rémunérateurs, et cela même si on aime avant tout la sécurité.

Deuxième règle : Bien diversifier avec seulement 10 ou 15 unités de compte

A partir d'une dizaine de lignes un portefeuille est correctement diversifié. Il couvrira plusieurs classes d'actifs, plusieurs pays, plusieurs secteurs ou encore différents styles de gestion. D'autant plus que chaque fonds ou unités de compte est lui même diversifié et investi sur des dizaines d'actions ou d'obligations. Toutes les études le prouvent, en partant de la célèbre théorie moderne du portefeuille jusqu'aux modèles basés depuis sur les recherches de Markovitz, leur célèbre auteur.

Troisième règle : Les performances passées ne préjugent pas des performances futures

La tentation de sélectionner les fonds avec les meilleurs rendements dans le passé est tellement forte que cette formule consacrée a été rendue obligatoire par l'AMF et l'ACPR. Elle rappelle une vérité essentielle : l'histoire ne se répète pas toujours, encore moins sur les marchés. Là encore nombre d'études empiriques montrent qu'à 3-5 ans, pour un indice donné, les actifs les plus sous performants (ou sur performants), seront en surperformance (ou sous performance) de ce même indice.

Quatrième règle : Les frais ne doivent être le seul critère de choix

Moins de frais c'est au final plus de performances pour l'investisseur : c'est dans l'absolu une évidence. Mais cette vérité ne fonctionne que si on compare ce qui est comparable. Payer un gérant pour répliquer le CAC 40 ou le Dow Jones, cela ne mérite guère plus que les frais réduits affichés par les ETF. Pour bénéficier de la surperformance d'une gestion stock-picking qui va sensiblement battre l'indice, il parait normal de rémunérer le talent du gérant, soit sa capacité à générer de l'alpha. Comparer le seul niveau des frais n'a pas de sens, il faut évaluer la qualité de la gestion, le ratio de risque pris pour atteindre la performance avec les coûts associés. "Pour sa solution de conseils et de suivi personnalisés Advize s'appuie sur l'expertise et l'indépendance de Morningstar pour sélectionner les fonds avec le meilleur rapport qualité /prix." précise Olivier Gentier.

Utilisez les services d'un professionnel de la gestion

La gestion de portefeuille c'est un métier qui ne s'improvise pas ! En dehors des 3% des français qui gèrent leurs portefeuilles seuls (gestion libre), il existe d'autres types de gestion. La gestion sous mandat pour laquelle il s'agit de faire confiance à un gestionnaire qui sélectionne les UC en fonction de votre profil et gère votre portefeuille de manière discrétionnaire. La gestion libre conseillée, où le conseiller vous recommande des allocations en fonction de votre profil d'épargnant mais vous gardez la décision finale.

Une fois le portefeuille mis en place, le travail ne s'arrête pas ! Il faut suivre et agir si besoin, et cela au bon moment. Si on gère seul, il va falloir s'informer régulièrement sur les marchés et surtout savoir manoeuvrer avec une longue liste de supports, savoir remplacer quoi par quoi, dans quelle quantité et quand ! Là encore le gestionnaire de portefeuille peut vous aider. Sous mandat, votre portefeuille sera ajusté par le gérant lui même. En gestion conseillée, on vous fera une proposition d'arbitrage détaillée en vous expliquant ce choix, libre à vous ensuite de le valider. Dans les deux cas, vous vous faites aider par des professionnels et vous gagnez du temps.

" Nous démocratisons la gestion conseillée, accessible à tous, dès 500 euros et cela grâce à l'apport des nouvelles technologies. Au sein d'un contrat multi-supports assuré par Generali Vie nous conseillons à chaque client selon ses projets et son profil. La souscription comme les arbitrages se réalisent en quelques clics depuis notre site www.advize.fr. Toutes les opérations sont gratuites avec des frais de gestion au tarif internet soit 0,85% sur les unités de compte. " précise Kristen Charvin, Directrice de la communication d'Advize.

Contenu proposé par Advize.fr

Advize

Forums
Valeurs les plus actives
  • SoitecAcitivité: 10
  • CAC 40Acitivité: 8
  • Sequana (regroupées)Acitivité: 8
  • Solocal GroupAcitivité: 8
  • Marie Brizard Wine and Spirits (ex-Belvedere)Acitivité: 6
  • AxaAcitivité: 4
  • Credit AgricoleAcitivité: 4
Sujets à la une
  • Valls proposera un "revenu décent" à partir de 18 ans 35
  • Front contre la purge des dépenses publiques 56
  • Cazeneuve veut en faire autant en cinq mois qu'en cinq ans 17
  • Notre-Dame-des-Landes : la faisabilité d'une évacuation à l'étude ? 15
  • Tous les forums
  • Alvexo – L’excellence du trading en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
Alvexo
Partenaires