Immobilier : les signes avant-coureurs sont là mais les prix ne baissent toujours pas à Paris !

(Boursier.com) — Les prix restent au sommet à Paris

La chambre des notaires de Paris entrevoit toujours une stabilité des prix de l'immobilier à Paris à court terme. Les dernières projections des notaires issues de leur base de promesses de ventes donnent un prix moyen du mètre carré qui resterait entre 8.400 et 8.500 Euros jusqu'au début de l'année 2013, à comparer à une estimation de 8.440 Euros en moyenne entre juillet et septembre en s'appuyant sur l'échantillon plus large des actes de ventes. Il faut souligner que ces prix correspondent à des plus hauts jamais atteints à Paris avec une très faible évolution depuis l'automne 2011.

Ces estimations rejoignent d'ailleurs celles du réseau d'agences immobilières MeilleursAgents.com dont le dernier baromètre continue à montrer une très légère baisse des prix de l'immobilier ancien à Paris avec -0,3% pour le mois d'octobre à 8.356 Euros le mètre carré en moyenne, d'après les promesses de ventes enregistrées le mois dernier. Il s'agit du sixième mois consécutif de tassement des prix pour un recul limité à environ 3% depuis les sommets de juillet 2011, d'après les estimations du réseau.

Les volumes chutent pourtant dans un marché bloqué

En Ile-de-France, les notaires constatent que les prix résistent mieux en petite couronne qu'en grande couronne mais globalement la stabilité est observée à 5.590 Euros le mètre carré en moyenne. Cette résistance des prix continue donc à ignorer la chute des volumes de transaction. Au troisième trimestre 2012, 33.620 logements anciens seulement ont été vendus en Ile-de-France, soit une baisse de 21% par rapport à la même période en 2011. Dans Paris, 6.760 appartements seulement ont été vendus sur la période, 19% de moins que l'an dernier. MeilleursAgents.com parle de son côté d'une baisse de l'offre de 30% sur un an et d'une baisse de la demande de 40%.

Des signes avant-coureurs d'une baisse ?

Les notaires continuent à s'étonner de cette résistance des prix. "On peut légitimement s'étonner d'une telle stabilité" affirmait ce matin Olivier Savary, Notaire à Montlhéry (91). Si les prix ne baissent pas à Paris, les acquéreurs sont devenus plus exigeants et moins pressés. Les notaires observent à nouveau que les biens qui présentent des défauts deviennent plus dificiles à vendre. Dans le même temps, les délais de commercialisation se sont allongés (ils ont doublé en deux ans en passent de 2 mois et plus de 4 mois) et le marché se concentre principalement autour de ceux qui sont dans l'obligation d'acheter ou de vendre. Un constat partagé par MeilleursAgents.

Au final, cette demande moins dynamique concourt à une hausse des stocks de biens en vente, "mais pas assez encore pour inverser la tendance", explique le Président de la Chambre des Notaires de Paris, Christian Bénasse. Sébastien de Lafond, Président et fondateur de MeilleursAgents.com rejoint cette analyse en expliquant que l'évolution quasi parallèle de la baisse de l'offre et de la demande explique la résistance des prix et la forte chute des volumes.

Facteurs psychologiques

Reste à savoir combien de temps ce rapport de force va rester neutre et sur ce point, les notaires sont prudents compte tenu des facteurs psychologiques qui pourraient faire pencher la balance en jouant notamment sur le niveau de confiance des acquéreurs. L'augmentation de la fiscalité sur l'immobilier, qui reste en cours d'examen dans le cadre du projet de loi des finances 2013, reste également un sujet majeur qui peut influencer celle des vendeurs, en particulier à Paris où la proportion de propriétaires occupants est plus faible qu'en moyenne nationale.

Pas d'effondrement anticipé

Tout comme les notaires, MeilleursAgents.com exclut en tout cas le scénario d'un effondrement des prix. "Les baisses de prix auxquelles nous assistons depuis six mois restent donc limitées et progressives et rien ne permet aujourd'hui d'anticiper la purge de -15 à -20% attendues par de nombreux acquéreurs potentiels", souligne Sébastien de Lafond. L'occasion aussi pour MeilleursAgents de rappeler qu'à la différence de ce que l'on a pu constater ces dernières années en Espagne et aux Etats-Unis, il n'y a pas de bulle immobilière à Paris et en banlieue et de manière générale en France... Les notaires rappellent enfin que des facteurs structurels tiennent les prix en Ile-de-France : le logement reste perçu comme une valeur refuge et les besoins en logements restent forts.

— ©2012-2014, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • Sequana (regroupées)Acitivité: 10
  • CGG (ex-CGGVeritas)Acitivité: 8
  • UbisoftAcitivité: 8
  • VivendiAcitivité: 7
  • ArevaAcitivité: 5
  • BelvedereAcitivité: 5
  • BNP ParibasAcitivité: 5
Sujets à la une
  • F.Hollande veut diviser le nombre de décrocheurs scolaires par 2 d'ici 2017 15
  • Déficits : l'Allemagne hausse le ton contre Paris ! 44
  • François Hollande hué et sifflé dans la ville de Martine Aubry 22
  • Immobilier : les promoteurs appellent le gouvernement à passer aux actes ! 29
  • Tous les forums
  • BINCK.FR - Expert de la bourse en ligne
  • Fortuneo : la Bourse à des tarifs avantageux.
  • Hiscox, expert de l’assurance professionnelle
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • Abonnez-vous gratuitement aux publications et services BNP Paribas Produits de Bourse !
  • Cortal Consors, pionnier de la Bourse en ligne
Binck
Partenaires