Groupement forestier, les atouts de ce placement de diversification

,

Publi-Rédactionnel

Un investissement accessible au risque réduit

Un groupement forestier permet d'investir indirectement dans la forêt en souscrivant des parts sociales. La gestion des massifs forestiers, de la découpe de bois au reboisement, est entièrement assurée par le groupement. L'investisseur peut ainsi profiter des avantages de la forêt avec un ticket d'entrée inférieur et sans contrainte de gestion. De plus, il est beaucoup plus facile d'accéder à ce marché plutôt que d'investir directement dans des parcelles.

Les revenus sont perçus au prorata du nombre de parts souscrites. Ils sont issus de la vente de bois, de la location de zones pour la chasse ou la pêche, ainsi que des placements financiers du groupement. En investissant dans un groupement forestier, l'investisseur optimise son rendement grâce à la diversification du risque qui est opérée.

Le risque est en effet mutualisé. Le groupement détient plusieurs massifs répartis sur des zones géographiques différentes. De ce fait, les arbres et les conditions climatiques ne sont pas les mêmes. Le risque de tempête, d'incendie ou de maladie venant altérer le rendement est donc fortement limité.

Enfin, la rentabilité de cet investissement est totalement indépendante des fluctuations économiques. Les parts sociales sont à l'abri de tout krach boursier.

Groupement forestier : Un cumul des avantages fiscaux

Le gouvernement souhaite à la fois lutter contre le démantèlement des forêts françaises et encourager le développement durable. C'est pourquoi il incite les investisseurs à se tourner vers l'investissement en parts de groupement forestier en offrant de nombreux avantages fiscaux.

18% de l'investissement peut ainsi s'imputer one shot sur l'impôt sur le revenu. Cette réduction fiscale est plafonnée à 1 026EUR pour une personne seule et à 2 052EUR pour un couple. Elle s'obtient contre un engagement de conservation des parts jusqu'au 31 décembre de la huitième année suivant l'investissement.

En matière d'impôt de solidarité sur la fortune, seuls les 25% de l'investissement sont pris en compte dans l'assiette de l'ISF. Il peut ainsi s'agir d'une stratégie pour passer à un seuil d'imposition inférieur ou pour échapper totalement à l'ISF.

De plus, si le groupement forestier est éligible à la loi TEPA, il est possible d'imputer à l'ISF 50% de l'investissement. La réduction fiscale est limitée à 45 000EUR et exige en contrepartie une conservation des parts pendant au moins cinq ans et demi.

Des frais de succession ou de donation allégés

L'investissement en parts de groupement forestier permet également d'optimiser la transmission. En cas de donation ou de succession, les droits de mutation ne sont calculés que sur 25% du montant des parts transmises.

Cet ultime avantage fiscal exige toutefois que deux conditions soient respectées. Le donateur ou le défunt doit avoir détenu ses parts pendant au moins deux ans s'il les avait achetées. Toutefois, si ces parts ont été souscrites lors de la création ou d'une augmentation en capital du groupement, cette période de détention n'est pas obligatoire. Enfin, le groupement forestier doit s'engager à gérer ses forêts de façon durable pendant au moins 30 ans.

Forums
Valeurs les plus actives
  • UbisoftAcitivité: 10
  • CAC 40Acitivité: 5
  • Airbus Group (ex-EADS)Acitivité: 4
  • ParrotAcitivité: 4
  • Air LiquideAcitivité: 2
  • ABC ArbitrageAcitivité: 2
  • Credit AgricoleAcitivité: 2
Sujets à la une
  • Pas de plan d'urgence pour Deutsche Bank en préparation 5
  • Mort de Shimon Peres, inlassable promoteur de la paix 15
  • Mauvaise passe pour Nicolas Sarkozy dans la primaire 17
  • Juppé progresse aux dépens de Sarkozy pour la primaire 39
  • Tous les forums
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
Binck
Partenaires