Dette : la BCE pousse la France à réduire ses dépenses publiques

(Boursier.com) — Réduire les dépenses publiques et baisser les impôts... Voilà en substance le conseil dispensé à la France par l'économiste en chef de la BCE, l'Allemand Peter Praet. Dans un entretien publié ce matin par 'Le Figaro', M. Praet, également membre du directoire de la banque centrale européenne, estime ainsi qu'"en France, l'ajustement budgétaire met trop l'accent sur les hausses d'impôts pas assez sur les baisses de dépenses", ce qui représente une solution de facilité à court terme.

Mais "à long terme, la baisse et la composition des dépenses sont plus importantes. Il est important que la France mette en oeuvre le plan de réduction des dépenses publiques de 60 Milliards d'Euros sur lequel elle s'est engagée. La mise en oeuvre de telles mesures sera déterminante", juge le banquier central. Il estime ainsi que la situation française "présente plus de défis que la situation allemande", car "contrairement à la France, l'Allemagne a bénéficié à plein du boom des pays émergents ces dernières années. Elle a de quoi amortir une baisse des exportations". De plus, l'Allemagne dispose d'un marché intérieur dynamique, souligne-t-il.

Pour le responsable de la BCE, le problème no1 de la France est la compétitivité, "qui n'est pas seulement liée au prix, mais aux produits, à leur qualité"... Il souligne que les performances à l'export de la France dépendent d'un petit nombre d'entreprises, contrairement à l'Allemagne et à l'Italie, où le tissu industriel exportateur est plus large. "Les réformes ne sont donc pas seulement liées au marché du travail, mais également à l'innovation, la recherche et développement, et la formation professionnelle".

Ces propos de M. Praet interviennent au moment où le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a lancé hier le chantier de la modernisation de l'action publique (MAP), destinée à réduire les dépenses de l'Etat. Ce dernier va dans un premier temps procéder à l'évaluation de 40 politiques publiques en 2013, notamment en matière d'aides aux entreprises, de soutien au logement et de politique familiale, en vue de réformes attendues en 2013 et 2014. Dans l'immédiat, 100 commissions consultatives seront supprimées.

Parallèlement, les négociations sur une réforme du marché du travail sont dans leur phase finale, entre les syndicats et le patronat. La présidente du Medef a présenté hier un nouveau projet, et n'exclut pas de parvenir à un accord dès cette semaine sur une flexibilité accrue du travail, en échange de certaines garanties pour les salariés occupant des emplois précaires...

François Hollande a donné aux partenaires sociaux jusqu'à la fin de l'année pour conclure un "compromis historique" sur la sécurisation de l'emploi et la flexibilité du marché du travail, faute de quoi ce sera au gouvernement de trancher sur ce sujet.

— ©2012-2014, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • Groupe PartoucheAcitivité: 10
  • ArchosAcitivité: 1
  • SoitecAcitivité: 1
  • Alcatel-LucentAcitivité: 0
  • GaussinAcitivité: 0
  • GenfitAcitivité: 0
  • PeugeotAcitivité: 0
Sujets à la une
  • Déficits : en échange des 3%, Montebourg exige que l'Europe change de cap ! 43
  • 43% des locataires peinent à payer leur loyer 58
  • Poutine accuse Kiev de crime grave contre les russophones 19
  • Poutine admet que les forces russes ont été déployées en Crimée 90
  • Tous les forums
  • BINCK.FR - Expert de la bourse en ligne
  • BforBank, épargne et bourse en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • Abonnez-vous gratuitement aux publications et services BNP Paribas Produits de Bourse !
  • Fortuneo : Banque en ligne moins chère
  • Cortal Consors, pionnier de la Bourse en ligne
Binck