Grande-Bretagne : prochaine victime des agences ?

(Boursier.com) — Après la France, la Grande-Bretagne pourrait être la prochaine cible des agences de notation... Moody's, qui a retiré lundi la meilleure note ("AAA") à la dette française, pourrait faire de même avec la Grande-Bretagne dès le début 2013... Ainsi, l'agence américaine, qui a déjà attribué début 2012 à la dette britannique une perspective négative, a indiqué récemment qu'elle procéderait à une nouvelle revue de sa notation dans les premiers mois de 2013. Dans son rapport annuel sur le Royaume-Uni, publié le 15 novembre, Moody's salue certes les "atouts structurels significatifs" du pays et les mesures adoptées pour réduire la dette. Mais l'agence souligne aussi que ces efforts sont "pénalisés par la faiblesse des perspectives économiques, et par les risques liés à la poursuite de la crise de la dette souveraine dans la zone Euro".

Selon Moody's, "le défi le plus important du gouvernement britannique sera de trouver un équilibre entre le besoin de consolidation budgétaire et celui de stimuler l'économie..." Après trois trimestres de baisse du PIB, la croissance économique a redémarré au troisième trimestre au Royaume-Uni, soutenue par l'effet Jeux Olympiques... Le PIB a ainsi augmenté de 1% par rapport au 2ème trimestre, mais il a stagné par rapport à la même période de 2011. Malgré ce rebond, le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mervyn King a mis en garde contre un "trop-plein d'optimisme"... Il a ainsi souligné la semaine dernière le caractère exceptionnel du 3ème trimestre et a prédit à ses compatriotes un "chemin encore long et sinueux" vers une reprise durable...

De fait, en octobre, les dépenses publiques ont quelque peu dérapé... Le gouvernement britannique a dû emprunter plus que prévu (8,6 Mds£ contre 6 Mds£ attendus) en raison d'une baisse des rentrées fiscales en provenance des entreprises. L'Institut des études fiscales, un "think tank" britannique, estime ainsi que le Trésor pourrait avoir à emprunter cette année 13 Mds£ supplémentaires par rapport aux prévisions, ce qui remettrait en cause ses objectifs de désendettement. Le chancelier de l'Echiquier George Osborne sera donc attendu au tournant lors de son traditionnel discours d'automne, attendu le 5 décembre prochain...

En attendant, les marchés restent patients vis à vis de Londres : les taux d'intérêt sur la dette britannique sont proches de leurs plus bas niveaux historiques, à 1,87% sur 10 ans. Une confiance qui est d'ailleurs encore accordée aussi à la France (2,18% sur l'OAT à 10 ans) malgré l'abaissement d'un cran de sa note par Moody's à "Aa1"... La différence notable entre la Grande-Bretagne et la France étant que la première s'est engagée dans un programme de réduction de ses dépenses publiques bien plus draconien que son voisin hexagonal...

— ©2012-2014, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • Groupe PartoucheAcitivité: 10
  • ArchosAcitivité: 3
  • AlstomAcitivité: 1
  • SoitecAcitivité: 1
  • GenfitAcitivité: 1
  • GaussinAcitivité: 1
  • CAC 40Acitivité: 1
Sujets à la une
  • Jodie Foster a épousé sa compagne, Alexandra Hedison 30
  • Israël suspend les discussions après l'accord Hamas-OLP 35
  • Manuel Valls n'améliorera pas le pouvoir d'achat, estiment les Français 29
  • Poutine menace de réagir à une action de l'armée ukrainienne 4
  • Tous les forums
  • BforBank, épargne et bourse en ligne
  • Fortuneo : Banque en ligne moins chère
  • Abonnez-vous gratuitement aux publications et services BNP Paribas Produits de Bourse !
  • BINCK.FR - Expert de la bourse en ligne
  • Cortal Consors, pionnier de la Bourse en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
BforBank