»
»
»
Consultation
Campbell R. Harvey, Professeur à la Duke University, Fuqua School of Business

Campbell R. Harvey Professeur à la Duke University

Les analystes financiers asiatiques sont les meilleurs !

Boursier.com : Vous avez réalisé une étude comparant les recommandations des analystes financiers à travers le monde. A quelle conclusion aboutissez-vous ?

C.H. : Nous avons découvert que les recommandations d'achat et de vente en Asie hors Japon de la base IBES (Institutional Brokers' Estimate System) affichent de meilleures performances que celles enregistrées en Europe, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis pour la période allant de 2005 à 2012... Les recommandations faites par les analystes aux Etats-Unis génèrent des rendements supérieurs de 1,2% en moyenne par rapport à l'indice de référence à 60 jours (excess return ou rendement excédentaire). Pour les recommandations faites en Asie hors Japon, cette surperformance triple (+3,5%) sur 100 jours...

Boursier.com : Comment expliquez-vous ce résultat ?

C.H. : Ces résultats sont cohérents sur les deux moitiés de notre période d'étude de 8 ans. Il est généralement difficile de faire la distinction entre l'inefficience des marchés et les compétences des analystes... Les marchés asiatiques sont moins efficients et sont plus sujets à corrections. Il est clair que la surperformance liée à un événement est plus forte en Asie qu'en Europe et aux Etats-Unis. Une autre raison pouvant expliquer la meilleure efficacité des analystes de la zone Asie hors Japon est peut-être liée au fait qu'ils suivent moins de titres comparativement à d'autres régions... Cela leur permet d'aller plus en profondeur puisqu'ils ont moins de cibles. Les résultats au Japon sont d'ailleurs cohérents avec notre hypothèse selon laquelle les recommandations des analystes sont fortement influencées par la direction de l'entreprise. Elle est celle qui informe des bonnes et mauvaises nouvelles et les marchés tendent à considérer les recommandations fournies par les analystes comme de l'information corporate officielle. Les analystes au Japon tendent en outre à être plus expérimentés que la moyenne...

Boursier.com : Sur quels critères avez-vous fondé votre étude ?

C.H. : Les prévisions sont tirées de la base Thomson Reuters IBES et les données couvrent la période allant de 2005 à 2012. Nous avons regroupé les recommandations de 5 régions : le Japon, l'Asie hors Japon, l'Europe hors Royaume-Uni, le Royaume-Uni, les Etats-Unis. La grande majorité des recommandations dans chacune de ces régions est faite par des analystes qui y vivent... Par exemple, 97% des recommandations japonaises proviennent d'analystes locaux. Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, cette proportion atteint respectivement 87 et 84%. Pour l'Asie et l'Europe, elle est similaire. Pour les comparaisons régionales, nous avons utilisé les indices MSCI régionaux : le MSCI All Country Pacific ex-Japan, le MSCI Japan, le MSCI Europe ex-UK, le MSCI UK et le MSCI US. Pour comparer différentes régions, nous calculons l'excess return en prenant le return sur un jour donné moins le rendement de référence.

Boursier.com : Quels sont les autres enseignements de votre étude ?

C.H. : Les rendements "excédentaires" associés aux recommandations d'analystes varient de manière significative en fonction des régions... Pour l'Europe hors Royaume-Uni, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, la moyenne sur 60 jours après une recommandation d'achat est de 1%. Pour l'Asie ex-Japon ce rendement est trois fois supérieur ! Le Japon affiche également de bons résultats mais dans la plupart des cas, ils se produisent dans les premiers jours suivant une recommandation. La domination des analystes asiatiques est en outre robuste dans le temps. L'"excess return" cumulé pour l'Asie hors Japon est de 2,5% sur la période 2005-2008 et atteint 4,3% sur la période 2009-2012. Sur la période la plus récente, les analystes japonais réalisent 2% d'excess return. Notre analyse montre en outre que les recommandations d'achat performent mieux que les recommandations de vente. Notre travail antérieur montrait que les recommandations de vente européennes étaient suivies de rendements excédentaires positifs. Par contraste, cette étude nous a permis de découvrir que les recommandations de vente sont plutôt rentables au Japon. Enfin, la surperformance asiatique n'est pas seulement tirée par des marchés émergents inefficaces. Lorsque nous divisons l'échantillon entre marchés émergents et économie développée, le rendement excédentaire cumulé est remarquablement similaire entre les deux groupes pour l'Asie...

©2013-2017,

Partenaires de Boursier.com