Standard & Poor's dégrade la perspective de la France

L'agence de notation revoit ses prévisions pour 2017...

(Boursier.com) — L'agence de notation financière Standard & Poor's a confirmé la notation 'AA' de la France, mais a dégradé de 'stable' à 'négative' la perspective du pays. S&P considère que la situation budgétaire du pays se dégrade de même que ses perspectives de croissance. "Nous croyons qu'en raison des risques liés à la politique de consolidation budgétaire et aux réformes structurelles, une reprise de l'économie française pourrait s'avérer difficile à atteindre", estime l'agence de notation. Pour Standard and Poor's, "les finances publiques de la France pourraient se détériorer au-delà de 2014", ce qui justifie sa révision de perspectives à 'négative'. Michel Sapin, le Ministre français des Finances et des Comptes publics, "prend note de la décision de Standard and Poor's" et minimise cette décision, défendant le choix français de "maintenir le cap".

Dégradation de perspective

Standard & Poor's a confirmé la notation de solvabilité long terme de la France à 'AA' attribuée en 2012. La notation court terme de crédit souverain de la France est confirmée à 'A-1+'. Toutefois, l'agence de notation dégrade à 'stable' sa perspective ce qui augure la possibilité d'un abaissement de la note de la France dans les 24 prochains mois. Si Standard & Poor's admet que le secteur financier est bien capitalisé, correctement réglementé, et donc peu susceptible de générer des coûts budgétaires, les risques proviennent de la faible croissance économique du pays et de la politique mise en oeuvre. "En ligne avec nos hypothèses précédentes, le gouvernement devrait rater son objectifs budgétaires en 2014. De plus, même en tenant compte du nouveau traitement méthodologique de crédits d'impôt, le glissement attendu pour 2014 est plus important qu'attendu alors que les recettes sont plus faibles que prévu".

Pauvre France

A l'image de Moody's en septembre, S&P met en avant l'appauvrissement de la France. "Nous projetons maintenant les déficits publics français pour 2014-2017 à 4,1% du PIB en moyenne, contre 3,2% en avril de cette année. Dans le même temps, nous avons réduit nos prévisions de croissance économique réelle moyenne à 1,2% sur la période 2014-2017 contre 1,3% précédemment", précise l'agence de notation. Sur la période, Standard and Poor's réduit sa prévision de PIB nominal moyen à 2% sur la période (2,5% en avril dernier). L'agence de notation évalue la dette publique français à 98% du PIB en 2017 (95,5% dans sa précédente analyse), pour une dette nette à 92% du PIB à cette échéance (89% dans l'estimation précédente). En conclusion, S&P continue de "prévoir une reprise cyclique modeste, avec une réelle croissance du PIB de 0,5% en 2014, 1,1% en 2015 et 1,5% en 2016-2017, contre une moyenne de 1% en 2010-2013".

Qualité de la signature de l'Etat français

A Bercy, le discours tend à minimiser la décision de mise sous perspective 'négative' de la France par Standard and Poor's. Michel Sapin a interprété cette annonce comme une réaffirmation de "la qualité de la signature de l'Etat français". Le Ministre des Finances et des Comptes publics insistent sur le capitale confiance de la France, rappelant : "La dette française est parmi les plus sûres et les plus liquides du monde, avec une charge de la dette très contenue". Sur la base de "cette confiance des investisseurs", Michel Sapin défend "une stratégie économique cohérente, que le gouvernement entend poursuivre avec détermination".

Maintenir le cap des réformes

Le Ministre réaffirme les options politiques et choix économiques structurels de l'Etat français... "La situation économique pèse sur nos équilibres budgétaires, mais le gouvernement a fait le choix de maintenir le cap. Nous mettons en oeuvre les économies annoncées et le Pacte de responsabilité et de solidarité, pour retrouver en compétitivité. Nous poursuivrons les réformes nécessaires pour soutenir la croissance à moyen terme. Dans une situation de reprise encore trop faible et d'inflation anormalement basse en zone euro, il convient que chaque pays prenne ses responsabilités et qu'une politique économique européenne coordonnée soit menée au service de la croissance".

— ©2014-2017, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • CAC 40Acitivité: 10
  • EDFAcitivité: 10
  • Artprice.comAcitivité: 8
  • Solocal GroupAcitivité: 6
  • AmoebaAcitivité: 4
  • Essilor InternationalAcitivité: 4
  • GenfitAcitivité: 4
Sujets à la une
  • Fillon ou le desastre ? 54
  • Le Drian va annoncer son soutien à Macron, selon le quotidien Ouest-France 57
  • Le programme économique de Fillon serait le meilleur (étude) 133
  • Le patrimoine de François Fillon a changé en quelques semaines 84
  • Tous les forums
  • Alvexo – L’excellence de la bourse en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
Alvexo
Partenaires