Accueil > Actualités » Economie » Consultation

ISF 2017 : de l'incertitude politique...

Apprentis d'Auteuil et IPSOS publient les résultats de la 4ème édition du Baromètre Don ISF...

ISF 2017 : de l'incertitude politique...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Apprentis d'Auteuil et IPSOS publient les résultats de la 4ème édition du Baromètre Don ISF. Créé en 2014, ce baromètre évalue le rapport au don des foyers assujettis à l'ISF qui, depuis 2007 et la loi TEPA, ont la possibilité de déduire jusqu'à 75% de leurs dons, dans la limite de 50 000 euros.

Une nouveauté en cette année présidentielle : les répondants ont été interrogés sur l'éventuelle suppression de l'ISF et son impact en matière de dons... Les échéances électorales génèrent de l'incertitude Si 81% des personnes interrogées ont l'intention de faire un don en 2017, près d'un donateur sur deux (47%) préfère attendre le résultat de l'élection présidentielle.

Au coeur des hésitations : le maintien ou non de l'ISF, son réaménagement, et avec lui l'avantage fiscal lié aux dons... En cas de suppression de l'ISF, 60% des donateurs envisagent le maintien de leurs dons, 23% déclarent envisager des dons plus importants et 17% des dons moins importants. Des résultats à interpréter cependant avec prudence : le biais déclaratif conduit à surévaluer la stabilité de ses dons.

Des mécanismes de réductions fiscales nécessaires pour maintenir le niveau des dons...

Le dispositif Don ISF a une incidence directe sur les dons : pour plus d'un donateur sur deux (55%, +1 point), la possibilité de déduire de son ISF 75% du montant des dons est déterminante dans sa décision de donner. Un chiffre qui monte à 68% chez les donateurs les plus généreux (plus de 1000 euros/an).

S'ils sont 89% à être favorables à la suppression de l'ISF, ils sont tout autant (88%) à plaider pour la mise en place d'un dispositif compensatoire afin de maintenir le niveau de leurs dons... Si aucun mécanisme n'était pas mis en place, les donateurs précisent qu'ils alloueront les sommes économisées à de l'épargne (34%) et à des dons à des proches (31%). "Si les sommes jusqu'ici destinées à financer l'intérêt général sont transférées vers de l'épargne plutôt que vers de la générosité, c'est toute la société qui sera perdante ! Et ce sera un vrai coup dur pour le financement des organismes caritatifs" analyse-t-on chez Apprentis d'Auteuil.

Le don reste une pratique solidement ancrée chez les assujettis à l'ISF

En dépit de cette période de flottement, la proportion de donateurs parmi les assujettis à l'ISF est restée très importante en 2016 : 82% des personnes interrogées déclarent avoir fait un don d'argent à une fondation ou un organisme caritatif?au cours de l'année. La fréquence des dons reste stable et significative puisqu'en moyenne les répondants ont fait près de 4 dons (comme en 2015 et en 2014).

Les donateurs se montrent fidèles aux organismes qu'ils soutiennent...

Une large majorité d'entre eux (78%) déclare avoir fait cette année tous ses dons ou presque aux organismes qu'ils ont déjà l'habitude de soutenir... En 2016, les donateurs ont augmenté leur générosité pour l'aide aux plus démunis (34%, +6 points), au détriment de la santé et la recherche médicale (27%, -7 points). L'enfance/l'éducation (14%, -2 points) est la troisième cause prioritaire aux yeux des donateurs.

Des montants moyens en baisse

Conséquence de la crise financière, le montant moyen des dons serait en baisse depuis deux ans d'après les déclarations des répondants : 2180 euros par an en moyenne en 2016 soit -5% par rapport à 2015 (2297 euros) et -14% par rapport à 2014 (2519 euros). Si le montant des investissements dans les PME, lui, repart timidement à la hausse (12 799 euros, +3%), la crise pèse aujourd'hui encore sur les dons aux organismes caritatifs.

La prudence prévaut pour l'année à venir... 53% des donateurs (-5 points) envisagent une stabilité de leurs dons, contre 29% (+5 points) qui envisagent des dons plus élevés et 17% des dons plus faibles.

Les dispositifs de réduction fiscale de plus en plus plébiscités... L'utilisation des dispositifs de réduction fiscale atteint des records depuis la création du baromètre. 91% des donateurs ont déduit une partie du montant de leurs dons de leur impôt sur le revenu (+7 points) ; 50% de leur impôt de solidarité sur la fortune (+4 points). L'attachement des personnes assujetties à l'ISF à ces dispositifs progresse aussi très nettement. Ils sont de plus en plus nombreux à considérer ce mécanisme utile (87%, +7 points), facile à mettre en oeuvre (83%, +10) et surtout financièrement intéressant (74%, +6). Pour 93%, ce dispositif est une opportunité de reprendre la main sur son impôt et de décider de son affectation. ....

Et de plus en plus connus... 88% des personnes interrogées connaissent le dispositif ISF-Don (+4 points). Une très large majorité des assujettis à l'ISF (82%) a déjà recherché des informations sur ce sujet. Deux vecteurs d'informations principaux sont utilisés : la presse spécialisée (37%) et les organismes caritatifs et associations auxquels les dons sont adressés (36%).

©2017, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

ISF 2017 : de l'incertitude politique...