»
»
»
Consultation

En Allemagne, la colère gronde contre la BCE après le "QE"

En Allemagne, la colère gronde contre la BCE après le "QE"

La presse et les alliés d'Angela Merkel critiquent le "QE" de Mario Draghi...

En Allemagne, la colère gronde contre la BCE après le 'QE'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Malgré l'opposition de l'Allemagne, la BCE a sorti l'artillerie lourde pour soutenir la croissance et combattre la déflation en zone euro. Le programme d'achat d'actifs de 1.100 milliards d'euros d'ici à septembre 2016 (soit 60 MdsE par mois) a été salué par les marchés et de nombreux économistes, mais en Allemagne, il provoque des réactions plutôt irritées dans le monde politique comme dans la presse.

La chancelière Angela Merkel n'a ainsi même pas souhaité faire de commentaire officiel sur le "QE" présenté par Mario Draghi, le président de la BCE. Mme Merkel, qui tenait jeudi un discours au Forum économique de Davos, en Suisse, au moment même où Mario Draghi annonçait son programme, n'a pas voulu réagir directement... Elle s'est contentée de rappeler son credo, à savoir que les décisions de la BCE ne doivent pas "faire dévier du chemin des réformes" les pays européens. "Quoi que fasse la BCE, cela ne doit pas éclipser le fait que les véritables soutiens à la croissance doivent provenir des conditions créées par les responsables politiques", a-t-elle ajouté.

Plainte contre le QE

Au sein de la CSU, l'allié bavarois de la CDU d'Angela Merkel, des voix s'élèvent pour critiquer l'apparente passivité du gouvernement allemand, qui ne s'est pourtant pas privé d'exprimer, depuis des mois, son opposition de principe à un programme de rachat d'obligations d'Etat par la BCE. Jeudi, le ministre des Finances bavarois, Markus Söder, a ainsi affirmé que le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, "a besoin de plus de soutien de Berlin". Un autre responsable de la CSU, Peter Gauweiler, qui avait déjà saisi la Cour constitutionnelle fédérale pour protester contre un précédent programme (OMT), a annoncé qu'il préparait une nouvelle plainte contre le "QE" présenté jeudi.

"Que va-t-il arriver à mon argent maintenant ?"

Dans la presse  allemande, la méfiance est de mise, contrastant avec les espoirs de relance de l'économie européenne émis par la presse des autres pays européens, notamment en France et en Italie... Le site internet du premier quotidien allemand, 'Bild', a ainsi titré avec sévérité : "Que va-t-il arriver à mon argent maintenant ? La BCE annule des millions de dettes des pays européens malades". Le 'Süddeutsche Zeitung',  basé à Münich, regrette de son côté que Mario Draghi ait agi "malgré toutes les critiques", tandis que le quotidien économique 'Handelsblatt' titre que "la BCE y est allée à fond" et remarque que la banque centrale a fait fi des objections allemandes.

Plusieurs économistes allemand ont aussi vivement critiqué le programme d'assouplissement quantitatif en estimant que Mario Draghi surestime le danger de spirale déflationniste, et affirmant que la conjoncture va s'améliorer dans les mois à venir grâce à la chute des cours du pétrole. Ils estiment en outre "très élevés" les risques collatéraux liés au rachat d'obligations publiques et privées par la BCE...

©2015-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com