Crise : "Il faut donner plus de liberté aux salariés !"

(Boursier.com) — Le management traditionnel "est devenu un problème, et non une solution !" Tel est le credo de Gary Hamel, un "gourou" mondial du management, considéré comme l'une des personnalités des affaires les plus influentes par les classements de 'Fortune' et du 'Wall Street Journal'. Dans un entretien publié par 'Les Echos', M. Hamel estime que les méthodes de management traditionnelles ne permettent plus aux entreprises de s'adapter aux bouleversements actuels des marchés mondiaux, et il appelle donc les dirigeants à "accorder bien plus de liberté aux salariés"...

Pour redresser l'image des entreprises et des patrons, écornée ces dernières années par la crise financière, le spécialiste prône l'application de 5 principes : le retour à l'éthique, l'innovation accrue, l'adaptation aux nouveaux marchés mondiaux, mais aussi, de façon plus originale, l'encouragement de la passion et de l'enthousiasme des employés, et enfin, la réduction du contrôle et de la bureaucratie, trop souvent érigés en "idéologie" du management.

"Accorder bien plus de liberté aux salariés est la clef... Si l'entreprise veut de l'innovation et de l'inattendu, elle doit laisser la possibilité aux salariés de le provoquer", estime notamment Gary Hamel, qui enseigne à la London School of Economics et dirige son propre cabinet spécialisé en stratégie d'entreprise, Strategos. Si les entreprises cessent de se réinventer, leur "excellence expire : GM, EMI, le 'New York Times', Johnson & Johnson, Nokia, Kodak ont perdu la niaque, ces dernière années", poursuit M. Hamel.

Le spécialiste déplore le fait que "la plupart des managers ont le réflexe d'étouffer l'enthousiasme de leurs collaborateurs plutôt que celui d'en attiser les flammes". Les individus doivent passer avant les institutions, assène-t-il : "combien de règles imposent la standardisation aux dépens de l'initiative et de l'enthousiasme, tout en délivrant de maigres bénéfices, voire aucun, en termes de performance ?".

Enfin, l'expert fustige l'idéologie du management qui "accorde une place excessive au contrôle et à la bureaucratie, mais tout à fait insuffisante à la liberté"... Avec pour conséquence une sous-estimation par l'entreprise des "coûts invisibles suscités par les décisions trop tardives, les biais cognitifs, les préjugés dissimulés et la déresponsabilisation du personnel".

Gary Hamel développe l'ensemble de ces idées dans son dernier ouvrage, "Ce qui compte vraiment", qui vient de paraître aux éditions Eyrolles...

— ©2012-2015, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • BelvedereAcitivité: 10
  • GenfitAcitivité: 10
  • Credit AgricoleAcitivité: 7
  • GROUPE PARTOUCHE REGROUPEESAcitivité: 5
  • CAC 40Acitivité: 5
  • Sequana (regroupées)Acitivité: 5
  • Airbus Group (ex-EADS)Acitivité: 4
Sujets à la une
  • Le contrôle des chômeurs bientôt généralisé à toute la France ? 69
  • L'EI s'est emparé d'un tiers de la cité antique de Palmyre 25
  • Athènes conditionne le remboursement de juin à un accord 11
  • Le décret de la réforme du collège publié au Journal officiel 81
  • Tous les forums
  • Fortuneo : la Bourse à des tarifs avantageux.
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
  • BINCK.FR - Expert de la bourse en ligne
Fortuneo
Partenaires