Brexit : Londres prêt à payer pour accéder au marché unique européen ?

La Grande-Bretagne serait prête à payer une contribution pour continuer à avoir accès au marché unique européen après le Brexit. C'est déjà le cas d'autres pays européens non-membres de l'UE, dont la Norvège et la Suisse...

(Boursier.com) — En quittant l'Union européenne, les Britannique pensaient ne plus avoir à payer de contribution au budget européen, contribution jugée trop élevée par les tenants du Brexit. Cependant, près de 6 mois après le vote en faveur de la sortie de l'UE, il apparaît que Londres pourra difficilement se passer de l'accès au marché unique européen, sous peine de voir son économie en pâtir sévèrement...

Ainsi, David Davis, le ministre en charge du Brexit, a indiqué pour la première fois que Londres ne serait pas opposé à payer l'Union européenne pour continuer à avoir accès au marché unique après avoir quitté le bloc communautaire.

Une manière ou une autre

Dans la foulée, le ministre des Finances, Philip Hammond, a estimé qu'une telle hypothèse ne pouvait effectivement pas être écartée : "Nous devons nous pencher sur tout accord qui se présentera (...) et je crois que David Davis a absolument raison de ne pas écarter la possibilité que l'on puisse vouloir contribuer d'une manière ou d'une autre à une forme de mécanisme", a déclaré Philip Hammond à des journalistes pendant un déplacement à Edimbourg.

La Norvège, l'Islande, le Liechtenstein et la Suisse contribuent déjà à l'UE

En 2014, le Royaume-Uni a contribué à hauteur de 11,3 milliards d'euros au budget européen, et a reçu de l'UE 6,4 MdsE, ce qui faisait ressortir un solde négatif de près de 5 MdsE que les partisans du Brexit avaient utilisé comme un argument massue en faveur d'une sortie de l'Union.

Si le Royaume-Uni négociait finalement une contribution post-Brexit, elle rejoindrait le cas d'autres pays européens non membres de l'UE, qui contribuent tous au budget de l'UE, en échange de la libre-circulation des marchandises, des services, des capitaux et des personnes (les quatre libertés qui fondent l'UE).

Accords bilatéraux

Ainsi, l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein font-ils partie de l'Espace économique européen (EEE), tandis que la Suisse (qui a refusé en 1992 par référendum d'entrer dans l'EEE) a négocié une série d'accords bilatéraux avec la Commission européenne.

Dans tous les cas, ces pays apportent une contribution financière à l'UE, mais ils ne disposent que d'une influence très réduite sur les décisions prises à Bruxelles par rapport aux 28 membres de l'Union. Ils ne touchent pas non plus de subventions de l'UE, notamment dans le cadre de la politique agricole commune.

L'accord EEE exclut de son champ d'application les produits agricoles non-transformés, ainsi que la pêche et ne prévoit pas de coordination des tarifs douaniers. L'EEE ne concerne pas non plus la Politique agricole commune, la monnaie unique, la politique étrangère et de sécurité commune ni la coopération policière et judiciaire en matière pénale.

Libre-circulation des personnes au sein de l'UE

Si Londres assouplit sa position et s'oriente vers la négociation financière de son accès au marché unique, la question de la libre-circulation des personnes ne manquera en revanche pas de se reposer avec acuité. En effet, la Première ministre britannique Theresa May a clairement indiqué qu'elle entendait négocier avec Bruxelles une limitation de la liberté de circulation des ressortissants des autres pays membres.

Or, cette condition est en principe incompatible avec le maintien de l'accès au marché unique, ce que les partenaires de Londres, la France en tête, ont répété à maintes reprises depuis le vote en faveur du Brexit...

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a mis en garde Londres début octobre sur les conséquences d'un "hard Brexit". L'agence de notation Standard & Poor's a elle aussi tiré la sonnette d'alarme en novembre, en rappelant l'importance du principe de "l'indivisibilité des 4 libertés" qui fondent l'UE (la libre-circulation des marchandises, des services, des capitaux et des personnes).

— ©2016, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit? Connectez-vous!

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes!

 
Forums
Valeurs les plus actives
  • Solocal GroupAcitivité: 10
  • CAC 40Acitivité: 8
  • AlstomAcitivité: 6
  • Veolia EnvironnementAcitivité: 6
  • Airbus Group (ex-EADS)Acitivité: 4
  • CarmatAcitivité: 4
  • Eos imagingAcitivité: 4
Sujets à la une
  • Les Français divisés sur le programme économique de François Fillon 49
  • Présidentielle 2017 : les Français approuvent la décision de François Hollande 40
  • La banque publique Bpifrance perd 18,5 millions d'euros avec Viadeo 35
  • US / Eco : 178.000 créations de postes en novembre 38
  • Tous les forums
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
  • Alvexo – L’excellence du trading en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
Binck
Partenaires