Accueil > Cours en direct » Actualités » Consultation
Cotation du 28/07/2017 à 10h46 Vivendi -0,72% 19,96€
  • VIV - FR0000127771
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Vivendi pense toujours que Mediaset Premium est une Fiat Punto et pas une Ferrari

Vivendi pense toujours que Mediaset Premium est une Fiat Punto et pas une Ferrari
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les récentes rumeurs d'apaisement entre Silvio Berlusconi et Vincent Bolloré au sujet de Mediaset ne seraient qu'un feu de paille. Le PDG de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, a expliqué au 'Financial Times' que toutes les tentatives de médiations lancées jusqu'ici ont échoué. Récemment, la presse italienne laissait entendre qu'une sorte de paix des braves était en train de s'instaurer entre les parties pour trouver une sortie par le haut à un contentieux qui dure depuis plusieurs mois déjà. Puyfontaine a réaffirmé dans les colonnes du quotidien britannique des affaires que des informations erronées avaient été données par Mediaset lors de la signature des accords d'avril 2016, qui fêteront bientôt leur premier anniversaire. Le groupe de médias italien, toujours piloté par la famille Berlusconi, affirme pour sa part que Vivendi a signé après une mois de "due diligence" et qu'il l'a donc fait en connaissance de cause. Le français estime toujours s'être fait refiler une Fiat Punto au lieu d'une Ferrari, selon les mots désormais célèbres du PDG de Vivendi il y a quelques mois.

Cités par le 'FT', deux analystes apportent une vision assez pragmatique de la situation, qu'il est difficile de ne pas partager. Le premier ne serait pas étonné que Mediaset ait un peu gonflé les données de Mediaset Premium, mais il juge aussi que Vincent Bolloré n'est pas né de la dernière pluie. Le second évoque la perplexité des financiers sur le dossier Vivendi. A un moment ils sont sortis des télécoms et à présent ils y reviennent. Ils sont sortis des jeux vidéo et y sont revenus. La confusion des investisseurs est facile à comprendre, a-t-il souligné.

Pendant ce temps, le volet judiciaire de l'affaire suit son cours en Italie, puisque la faction transalpine a porté plainte contre le groupe de Vincent Bolloré, accusé notamment d'avoir tiré volontairement parti de la situation pour bâtir à vil prix une position dans Mediaset. Il est utile de rappeler qu'après avoir refusé d'honorer les accords d'avril 2016 sur Mediaset Premium pour les raisons précitées, Vivendi a pris tout le monde de court en bâtissant une très importante position dans la maison-mère Mediaset, jusqu'à venir menacer la toute-puissance du holding Fininvest de la famille Berlusconi. Le 'Corriere della Sera' a indiqué hier qu'Arnaud de Puyfontaine sera entendu cette semaine par le gendarme italien des télécoms, l'Agcom, sur la situation actuelle.

©2017, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Vivendi pense toujours que Mediaset Premium est une Fiat Punto et pas une Ferrari