Accueil > Cours en direct » Actualités » Consultation
Cotation du 22/06/2017 à 17h35 Airbus Group (ex-EADS) -0,28% 75,04€
  • AIR - NL0000235190
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

La CFE-CGC s'interroge sur le plan de restructuration chez Airbus

La CFE-CGC s'interroge sur le plan de restructuration chez Airbus
Crédit photo © Airbus Group

(Boursier.com) — Lors du Comité Européen du Groupe Airbus de ce mardi, la Direction a présenté la consolidation des impacts économiques et sociaux du plan de restructuration GEMINI, qui concerne majoritairement les fonctions support et siège du Groupe.

La direction annonce d'ici fin 2018 :
- 1164 postes supprimés, dont 640 en France,
- La fermeture du site de Suresnes,
- 325 postes transférés sur Toulouse depuis Suresnes et Ottobrunn,
- La création de 230 nouveaux postes principalement dans la recherche et digitalisation,
- La mise en oeuvre d'un plan social d'accompagnement.

La CFE-CGC s'interroge sur un plan de restructuration à plusieurs entrées dont on ne connait qu'une sortie : faire des économies ! Quel est le projet poursuivi par GEMINI ? Des réductions de coûts ? Un énième plan d'économies à adresser aux actionnaires ? Des suppressions de postes "en doublon" par rapprochement de 2 sièges (celui du Groupe avec celui des Avions) ? La création d'une seule division ? La digitalisation ? Un changement de vision de fonctions comme la recherche (CTO), l'informatique,... ?

La CFE-CGC est inquiète :
- Du nombre de suppressions de postes. Est-il compatible avec la réalité des charges constatées ?
- Des conséquences sur la santé des salariés déjà malmenés par 2 plans sociaux depuis 2013, visant ces mêmes fonctions,
- Du risque de sacrifier des intérêts de long terme (comme la recherche) à des ambitions de court terme.

D'ores et déjà, la CFE-CGC travaille avec l'expert nommé dans le cadre du projet et proposera des solutions alternatives pour faire réduire ces impacts... En particulier, la CFE-CGC considère qu'il est vital pour l'avenir du Groupe, de maintenir en Ile-de-France un pôle Recherche Airbus.
La CFE-CGC exige de la Direction un traitement social exemplaire. Seul un plan de départ volontaire pourra être accepté. Plus le nombre de postes impactés restera conséquent, plus la facture sociale sera lourde, plus la Direction devra mettre "la main au portefeuille", conclut la CFE-CGC.

©2016-2017, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

La CFE-CGC s'interroge sur le plan de restructuration chez Airbus