»
»
»
»
Consultation
Cotation du 22/07/2019 à 17h35 EDF -0,45% 11,000€
  • EDF - FR0010242511
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

EDF : la relance du nucléaire britannique entre dans sa phase concrète

EDF : la relance du nucléaire britannique entre dans sa phase concrète
EDF : la relance du nucléaire britannique entre dans sa phase concrète
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'accord ne faisait plus guère de doutes après les dernières informations rendues publiques par les autorités britanniques : EDF va lancer la construction de nouvelles tranches nucléaires au Royaume-Uni. L'énergéticien, qui doit signer aujourd'hui une série d'accords pour le projet, évoque un accord équilibré, qui apporte aux investisseurs la visibilité nécessaire pour investir dans une nouvelle centrale nucléaire, capable de fournir au Royaume-Uni de l'électricité fiable et décarbonée à un juste prix pour les consommateurs.

Les documents qui seront signés aujourd'hui portent sur les principaux termes commerciaux du contrat d'investissement d'Hinkley Point C, le système de financement garanti par le programme Infrastructure UK, les lettres d'intention relatives aux investissements des partenaires d'EDF, les quatre principaux contrats liés à l'ingénierie et à la construction et les termes du programme de financement du démantèlement futur.

Un prix de l'électricité ajustable

La principale pierre d'achoppement, le prix de l'électricité produite, a été dépassée. Le prix du mégawattheure retenu est de 92,5 livres pour le projet Hinkley Point C si aucune décision d'investissement n'est prise pour le projet de Sizewell C. Si Sizewell C est aussi lancé, le prix descend à 89,5 livres, au motif que la construction de plusieurs centrales nucléaires basées sur un design commun permet un "effet de séries", notamment pour la conception, la chaine d'approvisionnement et l'ingénierie. Un système de "contract for difference" a été mis en place, qui implique que si les prix de marché de l'électricité dépassent le prix d'exercice du CfD, les consommateurs n'auront pas à payer plus. Si les prix de marché se situent en-dessous du prix d'exercice du CfD, l'exploitant recevra un paiement complémentaire. Les consommateurs n'auront rien à payer tant que la centrale ne sera pas en service.

EDF et ses partenaires seront les porteurs du risque de construction de la centrale électrique, dans le respect du budget et des délais. Le contrat de fourniture électrique aura une durée de 35 ans à compter de la date de mise en service de la centrale. Le groupe français précise que le taux de retour équitable du projet ("TRI") atteint environ 10%, ce qui est en ligne avec les critères d'investissement du groupe. Le projet sera en outre protégé contre d'éventuels changements législatifs et réglementaires.

Areva, Alstom et Bouygues au nombre des fournisseurs

La structure actionnariale du projet n'a pas été définitivement arrêtée. Elle conférerait 45 à 50% des parts à EDF, 10% à Areva et 30 à 40% aux groupes chinois China General Nuclear Corporation (CGN) et China National Nuclear Corporation (CNNC). Des discussions ont également lieu avec une sélection d'investisseurs intéressés par le projet dont la participation pourrait aller jusqu'à 15%, précise l'énergéticien.

Sous réserve d'une décision finale d'investissement escomptée d'ici juillet 2014, la mise en service de la centrale nucléaire est prévue en 2023. "Cela signifie que l'électricité sera fournie au moment où elle sera nécessaire, à une période où le parc existant de réacteurs AGR approchera de la fin de son exploitation, permettant ainsi la transition d'une génération de centrales nucléaire vers la suivante", précise EDF. Le coût de la construction des deux centrales nucléaires à Hinkley Point, exprimé en valeur de 2012, devrait atteindre 14 milliards de livres. En plus des coûts de construction, les investisseurs auront engagé 2 milliards de livres supplémentaires avant la mise en service, en achat de terrains, obtention d'autorisations, construction d'une installation de stockage de combustible usé et formation des personnels. Ainsi les coûts totaux d'ici à la mise en service devraient-ils être proches de 16 milliards de livres, exprimée en livre 2012. Les coûts de gestion des déchets et du démantèlement sont inclus dans le projet dès son origine, ce qui est une première outre-Manche.

Quant aux fournisseurs, le duo Bouygues TP/Laing O'Rourke est en charge du contrat d'ingénierie civile, tandis que Costain se chargera des travaux maritimes et qu'Alstom fournira les turbines. Areva sera chargé de la chaudière nucléaire, du système de contrôle-commande et des combustibles. Environ 57% des coûts de construction pourraient être dépensés au Royaume-Uni.

La décision finale d'investissement pour l'ensemble des partenaires reste soumise à un certain nombre de conditions, notamment l'accord sur l'ensemble du contrat d'investissement, les accords industriels et la décision de la Commission Européenne relative aux aides d'Etat.

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com