Fonciere des Regions

FDR - FR0000064578 - SIIC

 | Ajouter à ma liste  | Ajouter à mon portefeuille
Cotation du 23/02/2017 à 17h35
€ 77,550 +0,43%
Volume : 89 528
Ouverture : 77,440 Capitalisation : 5,73 Md€
+Haut : 78,170
+Bas : 77,250

Achetez / Vendez chez : Fortuneo

Mon compteJe suis déjà client

DécouvrirJe souhaite recevoir une documentation gratuite

Entretien avec Tugdual Millet, Directeur financier de Foncière des Régions Notre pipeline s'élève à 4 MdsE, il a été multiplié par deux au cours des douze derniers mois

Tugdual Millet Directeur financier de Foncière des Régions
Tugdual Millet

Boursier.com : Pouvez-vous résumer en quelques mots votre publication de résultats 2016 ?

T.M. : "Succès du modèle intégré européen", c'est le résumé de notre publication... Les résultats de Foncière des Régions sont excellents avec une croissance du résultat net récurrent qui s'élève à 356 ME, en hausse de +7% sur un an, et un ANR qui progresse de 13% à 6 Milliards d'euros, soit 86,80 euros par action... Ce sont des chiffres qui sont historiques ! Au-delà du succès, ce qui compte aussi, c'est la façon dont on arrive à délivrer ces résultats : Il y a à la fois la dimension de modèle intégré et de foncière européenne...

Boursier.com : Vous insistez en particulier sur la maîtrise de l'ensemble de vos métiers...

T.M. : Tout à fait. Sur la partie modèle intégré, aujourd'hui, le succès d'une foncière, c'est surtout sa capacité à maîtriser l'ensemble des métiers, depuis la construction jusqu'au service client, pour bien s'assurer de capter l'ensemble de la chaîne de création de valeur et d'être au plus près du client final, puisque dans l'immobilier comme ailleurs, la maîtrise du client est le vrai "driver" pour s'assurer de la croissance future de nos résultats...

Boursier.com : Pouvez-vous nous rappeler le poids de Foncière des Régions en Europe ?

T.M. : Concernant notre dimension européenne, aujourd'hui, nous sommes présents en France, en Italie et en Allemagne. Nous avons un patrimoine de 19 MdsE, qui fait de nous la 4ème foncière en Europe... Clairement, au travers des nombreux investissements que nous avons réalisés ces derniers mois, notamment à Berlin, nous avons largement conforté ce positionnement européen qui fait de nous une foncière assez unique dans le paysage, de par ses caractéristiques.

Boursier.com : Votre pipeline semble déjà bien garni pour les prochaines années...

T.M. : Nous avons investi plus de 2 MdsE en 2016 et, en effet, nous disposons d'un pipeline déjà important pour 2017 et les années futures... Ce pipeline vient en premier lieu des acquisitions que l'on va continuer à piloter... Nous avons annoncé en début d'année l'acquisition d'un portefeuille de 19 hôtels en Espagne qui vient conforter ce positionnement européen, tout comme l'acquisition dans le résidentiel à Berlin... A l'occasion de nos résultats nous avons fait part ici d'une nouvelle acquisition de 200 ME.
La deuxième partie de cette stratégie d'expansion passe par notre capacité à créer nous-mêmes nos immeubles, à créer une nouvelle offre pour nos utilisateurs, tant en bureaux qu'en résidentiel et en hôtellerie... L'élément marquant pour illustrer cette dynamique sur les années qui viennent, c'est donc ce pipeline qui s'élève à 4 MdsE et que l'on a multiplié par deux au cours des douze derniers mois, à la fois en se donnant la capacité d'acheter des nouveaux fonciers en identifiant des projets de développement, et aussi en travaillant sur notre patrimoine existant pour identifier les repositionnements et les transformations qui vont nous permettre de renouveler notre offre immobilière à destination de nos clients...

Boursier.com : Pouvez-vous nous parler de votre bilan que vous avez travaillé et l'impact de la remontée des taux long terme depuis quelques mois...

M.T. : L'année 2016 a été effectivement très favorable pour travailler sur la maturité de notre dette... En termes de baisse du coût sur les spreads de crédit, 2016 a constitué une année historique, tandis que les taux d'intérêt à long terme sont descendus sur des niveaux extrêmement faibles sur le 10 ans. On a bénéficié à plein de cet environnement pour améliorer le profil de notre dette... A ce stade, nous en avons profité pour sécuriser l'essentiel de notre risque de taux sur les 4 à 5 prochaines années...
Ce que l'on observe depuis quelques mois désormais, c'est effectivement une tension sur les taux longs, ce qui n'est pas le cas sur les taux courts puisque l'on continue à se financer à des taux négatifs... Sur les taux longs, nous assistons donc à une 'repentification' de la courbe, mais avec des taux qui restent encore à des niveaux extrêmement bas : Sur le 10 ans, ils se situent autour de 70-75 pdb, soit des niveaux encore inférieurs à ceux de la fin 2015.

Boursier.com : Peut-on envisager une évolution plus favorable des loyers en 2017 ?

T.M. : Les tensions récentes sur les taux longs sont la traduction assez naturelle d'une amélioration des conditions économiques... Ce qu'on espère et ce qu'on imagine sur l'année 2017, c'est qu'avec un environnement un peu plus favorable, nous allons enfin pouvoir bénéficier d'une croissance de nos loyers. L'année 2016 a été assez calme sur ce front, puisqu'ils ont progressé de 0,2% à périmètre constant. Mais nous sommes donc plus optimistes sur 2017 car l'environnement économique s'améliore...

Boursier.com : Un mot sur la France qui reste incontournable dans votre portefeuille ?

T.M. : La croissance de Foncière des Régions ne s'est pas faite aux dépends de la France... Aujourd'hui la France continue à représenter quasiment la moitié de notre portefeuille. C'est le marché qui est de loin le plus important, le plus liquide, et on a continué à investir fortement en France et notamment en région parisienne sur les principaux pôles du Grand Paris... A peu près la moitié de notre pipeline aujourd'hui se situe sur des projets identifiés à Paris, en première couronne et dans les principaux pôles tertiaires. On parle ici de Montrouge, de Rueil-Malmaison ou de Saint-Denis...

Boursier.com : Que représente le Grand Paris pour Foncière des Régions ?

T.M. : Clairement, le Grand Paris est une dynamique forte et de long terme de développement des pôles tertiaires sur lesquels on se positionne naturellement en étant au plus près des attentes et des projections des utilisateurs... On sait que ces zones là vont être amenées à continuer de croître. On met donc en face des offres et du potentiel de développement pour attirer cette demande... Le Grand Paris est un cadre pour identifier au travers du développement des noeuds de transports, les zones qui vont bénéficier de cet attrait des utilisateurs. Les premiers pôles qui vont se développer sont Saint-Denis au nord et Montrouge au sud, qui sont des projets du Grand Paris déjà financés, concrets, et sur lesquels il va y avoir des conditions de transport améliorées et donc une dynamique renouvelée pour les utilisateurs... C'est un cadre dans lequel on s'intègre pour identifier les zones où l'on veut investir.

Boursier.com : Vous annoncez un dividende en hausse de 2,3% à 4,40 euros à l'attention de vos actionnaires...

T.M. : Cette hausse du dividende traduit de façon naturelle la dynamique dans laquelle on se place... Dynamique de croissance des résultats 2016, mais aussi des perspectives sur les années qui viennent qui sont favorables. Donc nous sommes optimistes, c'est pour cela que l'on augmente le dividende. Ce que l'on souhaite aussi, c'est faire croître la valeur du patrimoine. Et donc de pouvoir offrir à nos actionnaires à la fois une croissance du dividende, mais aussi une croissance de la valeur de la société...

Boursier.com : Votre dernier appel au marché a été un succès. Quelles sont vos ambitions désormais ?

T.M. : Effectivement. La dernière augmentation de capital s'est extrêmement bien passée... On a bénéficié d'une fenêtre très favorable sur les marchés. L'opération a été sursouscrite de nombreuses fois. Elle s'est faite avec un niveau de décote très faible par rapport aux cours de bourse et, c'est le plus important, cette augmentation de capital nous donne les moyens de continuer à nous développer... Je crois aussi que ce qui a été très apprécié par les investisseurs qui ont souscrit à cette opération, c'est la pertinence avec laquelle on choisit nos investissements et aussi la manière de les financer par des cessions. Clairement on ne va pas s'arrêter là, on va continuer à céder les actifs ou les activités sur lesquels on considère que la performance est moins favorable à moyen terme, ce qui est aussi important pour continuer à améliorer le profil de la société et son portefeuille...

Propos recueillis par — ©2017, Boursier.com

Actualités Fonciere des Regions

Forums
Valeurs les plus actives
  • Air France KLMAcitivité: 10
  • Artprice.comAcitivité: 7
  • Sequana (regroupées)Acitivité: 7
  • ArchosAcitivité: 5
  • AccorHotelsAcitivité: 5
  • CAC 40Acitivité: 5
  • FacebookAcitivité: 5
Sujets à la une
  • Présidentielles: le match Fillon-Le Pen serait serré au 2ème tour 33
  • Le Pen progresse en tête au premier tour, selon un sondage 76
  • Des jeunes bloquent des lycées parisiens pour soutenir Théo 45
  • La France ne succombera pas à l'extrémisme, dit Hollande 16
  • Tous les forums
  • Fortuneo : la Bourse à des tarifs avantageux.
  • BINCK.FR - Broker bourse en ligne
  • Alvexo – L’excellence du trading en ligne
  • Bourse Direct - Le leader de la bourse en ligne
Fortuneo
Partenaires