Accueil > Cours en direct » Actualités » Consultation
Cotation du 25/07/2017 à 14h39 EDF +0,37% 8,73€
  • EDF - FR0010242511
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

En misant sur le tout nucléaire, EDF est jugée non-compétitive selon une étude

Selon une étude commandée par Greenpeace, EDF a largement sous-provisionné le possible démantèlement de ses centrales. A cela, s'ajoutent des coûts de production de plus en plus élevés.

En misant sur le tout nucléaire, EDF est jugée non-compétitive selon une étude
Crédit photo © EDF Bruno Conty

(Boursier.com) — "Le modèle tout nucléaire ne tient plus la route" et "asphyxie EDF", estime le cabinet d'analyse financière, AlphaValue, dans une étude dévoilée ce jeudi et réalisée à la demande de Greenpeace.

"Les exigences de sûreté augmentent" - ce qui a conduit à l'arrêt de plusieurs réacteurs le mois dernier -, "les coûts opérationnels sont constamment revus en hausse", "l'avantage compétitif du nucléaire se réduit rapidement vis-à-vis des énergies renouvelables", alors que "les prix de marché sont en moyenne inférieurs aux prix de production", soulignent en particulier les auteurs de cette étude...

Une stratégie pointée du doigt

Pour le cabinet, en misant sur le tout nucléaire, EDF est désormais une entreprise "non compétitive" et incapable de réagir rapidement aux évolutions du marché... Le cabinet fustige la stratégie de l'entreprise, qui est "obsédée" par l'idée "de vendre des réacteurs de nouvelles technologies complexes et chers (dont les coûts finaux globaux ne sont toujours pas connus)".

Les auteurs font ici référence au projet très décrié de la construction d'un réacteur à Hinkley Point et dont le coût est estimé à 21 milliards d'euros.

"Faillite comptable"

AlphaValue s'inquiète surtout des sous-provisions de l'entreprise... Le cabinet note que, dans le cas d'un scénario d'une fermeture de 17 réacteurs d'ici 2025, le groupe devrait augmenter le montant de ses provisions pour déconstruction des réacteurs français de plus de 20 milliards d"euros, et de plus de 19 milliards dans le scénario du plafond de 63GW.

De même, en matière de gestion des déchets, "les sommes de sous-provisionnement sont tellement importantes que leur comptabilisation entraînerait irrémédiablement la faillite d'EDF", s'alarme le cabinet.

Déprécier les actifs nucléaires

En outre, AlphaValue s'inquiète de la hausse des coûts opérationnels supportés par EDF et estime que le groupe devrait déprécier ses actifs nucléaires et thermiques en France, du fait de l'essor des énergie renouvelables et de la plus faible utilisation des centrales nucléaires. "Cela générerait automatiquement une dégradation conséquente de ses fonds propres. Le risque est non négligeable mais, en l'absence d'informations détaillées, nous ne pouvons que l'évoquer", reconnaît le cabinet...

©2016-2017, Boursier.com

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

En misant sur le tout nucléaire, EDF est jugée non-compétitive selon une étude